La Grande-Bretagne dans la course vers la modification génétique des embryons humains

Publié le 10 Déc, 2015

Lors du colloque de Londres « De la FIV à trois parents à l’édition du Génome » organisé par l’Educational Trust Progrès (PET) le mercredi 9 décembre à l’Université College de Londres, le professeur Mark Walport, conseiller du gouvernement sur les sujets scientifiques, a déclaré qu’il pourrait être acceptable de modifier génétiquement les embryons humains.

 

Selon lui, il existe des « circonstances » dans lesquelles l’édition génétique de l’embryon humain pourrait être « acceptable » même s’il précise qu’« il est absolument certain que plus de recherche est nécessaire ». En effet, « nous avons besoin de savoir que l’on modifie le gène que l’on veut et pas un autre », a-t-il précisé.

 

Le Francis Crik Institute de Londres a pour sa part déjà demandé la permission à la Human Fertilisation and Embryology Authority (HFEA) de pouvoir mener à bien des expériences similaires en Grande-Bretagne, précisant que les embryons modifiés ne seraient pas conservés plus de quatorze jours (cf Gènéthique du 18 septembre 2015).

 

Si la HFEA a interdit toute modification génétique du génome humain en 1990, depuis, en février dernier, le Parlement a autorisé la FIV à trois parents (cf. Gènéthique du 4 février 2015, du 6 février 2015, du 11février 2015, du 9 février 2015 et du 28 octobre 2015)[1]. Les premiers bébés conçus par cette technique devraient voir le jour dès 2016.

 

“Fabriquerons-nous demain des « bébés sur mesure » ? Comment allons-nous protéger le génome humain qui fait partie du patrimoine de l’humanité, et éviter tout risque d’eugénisme, comme l’a rappelé récemment l’Unesco ?” (cf Gènéthique du 29 octobre 2015)

 

[1] La conception « in vitro de bébés créés à partir de l’ADN de trois personnes ».

 

The Telegraph (09/12/2015) – Alliance Vita (11/12/2015)

Partager cet article

Synthèses de presse

PMA : le Conseil d’Etat saisi sur la question de l’accès aux origines
/ PMA-GPA

PMA : le Conseil d’Etat saisi sur la question de l’accès aux origines

Juristes pour l’enfance demande un décret ordonnant la destruction des stocks de gamètes recueillis avant la loi de bioéthique de ...
Euthanasie : « l’impossibilité de l’encadrement inhérente à la loi même »
/ Fin de vie

Euthanasie : « l’impossibilité de l’encadrement inhérente à la loi même »

Le Dr Pascale Favre analyse le « modèle » belge régulièrement mis en avant dans le débat sur la fin ...
Canada : un projet de loi pour retarder d'un an l’élargissement de l’AMM aux maladies mentales
/ Fin de vie

Canada : un projet de loi pour retarder d’un an l’élargissement de l’AMM aux maladies mentales

Jeudi, le ministre de la Justice a déposé un projet de loi visant à retarder d'un an l’élargissement de l'"aide ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres