La GPA « s’apparente à de l’esclavage reproductif encadré »

Publié le : 1 février 2016

A la veille des assises pour l’abolition universelle de la maternité de substitution[1], huit féministes militantes[2] publient une tribune contre la « normalisation » de la GPA.

 

Elles dénoncent notamment la manœuvre des partisans de la GPA qui « mettent en avant le seul critère du choix individuel de disposer de son corps », en omettant délibérément de « montrer la globalité des conditions dans lesquelles » les mères porteuses font ce choix : « rien n’est dit, dans les débats publics, sur les conditions de vie et l’éducation des femmes qui se proposent comme ‘mères porteuses’ (…) la pauvreté de certaines (…) les inégalités de revenus et de statut social entre la femme et les commanditaires. On préfère ne jamais évoquer le fait que les femmes indiennes, ukrainiennes, mexicaines, népalaises (pour ne mentionner qu’elles) sont pour beaucoup soit analphabètes, soit non anglophones, alors que les contrats de GPA qu’on leur fait signer sont, souvent, en anglais ».

 

La GPA « s’apparente à de l’esclavage reproductif encadré » pour les mères porteuses. Ces féministes dénoncent le fait qu’« aux Etats Unis [les mères porteuses] sont tenues par des contrats ultra-verrouillés fournis clés en mains par les business lawyers des agences ». Aux Etats Unis encore, « la jurisprudence est de plus en plus défavorable aux mères de naissance, afin de les dissuader de dénoncer ces contrats après coup ».

 

Elles appellent enfin à un projet politique qui « protège les femmes de se trouver durablement dans des situations ou la maternité pour autrui leur apparaissent comme un recours ».

 

[1] Organisées le 2 février à Paris à l’Assemblée Nationale.

[2] Maya Surduts, Nora Tenenbaum, Ana-Luana Stoicea-Deram, Jocelyne Fildard, Marie-Josèphe Devillers, Catherine Morin-Le Sech, Nelly Martin et Suzy Rojtman.

 

<p>TV5Monde (1/02/2016)</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres