Genre : Un marché « devenu total au sens où il touche aussi l’intime »

Publié le 13 Avr, 2023

« Le phénomène trans est révélateur du moment où le sujet a été mis en position de pouvoir tout faire. Appelé à devenir tout-puissant », affirme le philosophe Dany Robert-Dufour. Un « changement civilisationnel » « lié à un moment du néolibéralisme où le marché a pu et su se présenter comme pouvant combler à peu près tous les désirs du sujet individuel », analyse-t-il. Y compris celui de changer de sexe.

Un nouveau marché

« Avec le néolibéralisme, le changement de sexe s’est présenté comme possible, il est devenu une offre marchande, acceptée par le droit et permise par les industries psychologique, médicale et chirurgicale, à l’aide d’un ensemble de techniques », pointe le philosophe.

Or « ce néolibéralisme économique est si puissant qu’il a permis le développement d’une nouvelle culture, un néolibéralisme culturel, relève-t-il. C’est cela que j’ai appelé le Divin Marché. » Un marché « devenu total au sens où il touche aussi l’intime ». Et « force est de constater que l’Etat actuel se met de plus en plus au diapason du marché », déplore Dany Robert-Dufour.

Les femmes premières victimes ?

« L’augmentation très importante du nombre de jeunes qui s’identifient trans est caractérisée par un sex-ratio particulier, souligne la gynécologue Nicole Athéa : deux fois et demie plus de filles demandent une transition que les garçons. » Un phénomène qui « ne peut s’expliquer que par des facteurs sociaux », juge-t-elle.

Le « morcellement du féminin » est « une réalité de notre époque néolibérale, qui a débuté avec les PMA », estime la militante féministe Marie-Jo Bonnet. « Elle a créé “un puzzle” de la maternité : entre les conservations ovocytaires, les “dons” d’ovocytes (en fait vente d’ovocytes), la GPA demandée par des hommes où toute filiation biologique maternelle est effacée, les “hommes enceints”, les femmes trans déclarées mère biologique sans gestation (parce qu’elles ont participé à la filiation avec leur sperme) ».

Ainsi, « l’effacement des mères est bien à l’œuvre avec l’exploitation de tous les éléments reproductifs des femmes… », déplore-t-elle. « On comprend pourquoi tant de jeunes femmes refusent de s’identifier au féminin. »

 

Sources : Le Figaro, Eugénie Bastié et Pierre-Alexis Michau (06/04/2023), Aziliz Le Corre (06/04/2023)

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

Autiste et suicidaire, un Belge de 26 ans demande l’euthanasie « surtout pour ses parents »
/ Fin de vie

Autiste et suicidaire, un Belge de 26 ans demande l’euthanasie « surtout pour ses parents »

Un jeune Belge, diagnostiqué haut potentiel et autiste, a effectué 7 tentatives de suicide. « Après en avoir discuté avec ...
istock-518234140
/ Genre

Genre : ménopausées à 20 ans à cause de la testostérone

Une étude révèle que les hommes transgenres souffrent de problèmes « post-ménopause », comme l'incontinence, dès l'âge de 20 ans ...
Kenya : vendre des données de santé en échange d’un rendez-vous médical
/ E-santé

Kenya : vendre des données de santé en échange d’un rendez-vous médical

Au Kenya, l’application Snark Health propose aux patients de vendre leurs données de santé pour ne pas avoir à payer directement leurs ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres