Gamètes : où s’arrêter ?

Publié le 30 Juin, 2009

Le tribunal de New York vient d’autoriser une femme à recueillir le sperme de son compagnon décédé. Un autre tribunal américain, celui de Travis County, a autorisé une mère, Missy Evans, à conserver le sperme de son fils Nikolas, mort le 5 avril 2009 dans une bagarre de rue. Missy Evans espère ainsi trouver une mère porteuse et élever un jour son petit-fils ou sa petite-fille. La morgue a donc conservé le corps à 39,2° afin qu’un spécialiste puisse procéder au prélèvement en attendant la mère porteuse.

 

Aux Etats-Unis toujours, un juge new-yorkais Thomas O’Neill Jr. a autorisé une jeune fille de 13 ans, Brittany Donovan, atteinte du syndrome de l’X-fragile à poursuivre la banque de sperme (Idant Laboratories) de laquelle provient le sperme avec lequel elle a été conçue et dont il a été établi qu’il était à l’origine de sa maladie génétique.

 

A l’heure de la crise économique, on apprend aussi que l’une des plus anciennes banques de sperme sur le marché américain, Xytex International, fait des promotions pour “liquider ses stocks”. La banque avoue avoir une “surproduction” de sperme et brade “le sperme de donneurs réguliers ou qui ont été particulièrement productifs”… A la même période la première banque mondiale de sperme, la banque danoise Cryos, annonce qu’en 2008, le nombre de donneurs a été multiplié par trois, passant de 30 à 100 par jour et que malgré cela, elle a du mal à répondre à la demande. Médecin-chef de Cryos, Gert Bruun Petersen, veille à fournir du sperme de bonne qualité (plus des 2/3 des donneurs sont ainsi écartés en raison de la mauvaise qualité de leur sperme) et rêve de voir “tous les enfants nés de Cryos 100% sains”.

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

Le dossier médical partagé devant le Conseil constitutionnel
/ E-santé

Le dossier médical partagé devant le Conseil constitutionnel

Après sa saisine par l'ordre des médecins, le Conseil d'Etat a soumis une QPC sur les modalités d'accès au dossier ...
Suicide assisté : les juges italiens doivent statuer « au cas par cas »
/ Fin de vie

Suicide assisté : les juges italiens doivent statuer « au cas par cas »

Selon la Cour constitutionnelle italienne, en l’absence de législation sur le suicide assisté, les juges devront se prononcer « au ...
Tennessee : « Il n'existe pas de droit fondamental à un certificat de naissance mentionnant l'identité de genre au lieu du sexe biologique »
/ Genre

Tennessee : « Il n’existe pas de droit fondamental à un certificat de naissance mentionnant l’identité de genre au lieu du sexe biologique »

Une cour d'appel a statué que le Tennessee ne pratiquait pas de discrimination en n'en autorisant pas à modifier la ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres