FIV à trois parents ou la “mentalité eugéniste” de nos sociétés

Publié le 9 Fév, 2015

Interviewé par l’hebdomadaire Famille Chrétienne, Pierre-Olivier Arduin, directeur de la commission bioéthique de l’Observatoire sociopolitique du diocèse de Fréjus-Toulon, explique les dangers de la FIV à trois parents en cours de légalisation en Grande-Bretagne (cf. synthèse bioéthique du 4 février 2015).

Une technique issue d’une culture eugéniste et d’une idéologie transhumaniste installées dans nos sociétés. Il explique que la technique qui consiste à concevoir un embryon avec l’ADN de trois parents est certes “révolutionnaire” puisqu’elle franchit “une nouvelle  limite dans l’atteinte à la dignité humaine” et qu’elle “constitue une expérimentation en direct sur l’homme sans que les chercheurs aient la moindre idée des conséquences biologiques de leurs manipulations sur l’enfant qui pourrait en résulter”. Cependant, poursuit-il, la FIV à trois parents est avant tout “une étape dans la logique d’instrumentalisation et d’eugénisme déjà en germe dans la Fécondation in Vitro“.

En effet, “la FIV établit un rapport de domination entre les sujets producteurs [les parents] et l’objet produit, l’enfant à naître“. La fabrication d’enfant exempt de maladie, est donc déjà inscrite dans notre législation, dans notre culture, insiste-t-il. C’est d’ailleurs, “cette culture eugéniste [qui est] en avance sur nos techniques […]. Si bien que le moindre progrès en la matière est très rapidement approuvé tant nos esprits sont prêts à l’accepter“. Finalement, cette technique “peaufine le raffinement eugénique en attendant de créer un être humain sans défaut”.    

Les solutions à cette culture eugéniste, PO. Arduin en voit plusieurs : la prise en charge, l’accompagnement, le soin, les progrès thérapeutiques, le souci du plus faible. Mais surtout conclut-il, la formation. “Il y a un vrai travail de formation à faire, d’éclairage des consciences dans nos milieux”. Il s’agit là d’un “défi éducatif” qui devrait passer par l’enseignement de l’éthique dans les établissements scolaires, ou par la formation des étudiants en médecine et sages-femmes. Il pense, par exemple, à la création d’une Université libre en France exclusivement dédiée à la formation des professionnels de santé. Pour lui, il est très clair que “nous avons besoin de nouveaux professeurs Lejeune !”

famillechretienne.fr (Olivia de Fournas) 07/02/2015

Partager cet article

Synthèses de presse

Transidentité : « au détriment de la liberté d'expression, c'est la liberté de suppression qui prévaut »
/ Genre

Transidentité : « au détriment de la liberté d’expression, c’est la liberté de suppression qui prévaut »

281 personnalités dénoncent les propos tenus lors d’une « formation aux transidentités » dans une université française ce mois-ci ...
CRISPR : des porcs génétiquement modifiés bientôt sur le marché ?
/ Génome

CRISPR : des porcs génétiquement modifiés bientôt sur le marché ?

La société Genus a modifié génétiquement des porcs via CRISPR pour qu’ils puissent résister au syndrome dysgénésique et respiratoire porcin ...
Diabète : des scores de risque polygénique pour en prédire l’évolution
/ Génome

Diabète : des scores de risque polygénique pour en prédire l’évolution

Dans une étude publiée dans Nature, des chercheurs ont localisé 1289 marqueurs génétiques associés au diabète de type 2, dont ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres