Expérience humaine contre idéologie scientiste

Publié le 12 Fév, 2008

Dans Le Figaro, Emmanuel Hirsch, professeur d’éthique à la faculté de médecine et à l’université Paris-Sud IX, revient sur les arrêts rendus par la Cour de cassation le 6 février dernier, offrant la possibilité à des parents de fœtus né sans vie, quel que soit son développement, de le déclarer à l’Etat civil.

"La dignité humaine ne se quantifie pas à l’aune de considérations scientifiques ! ", s’exclame-t-il. Il serait donc aberrant de considérer que ces arrêts obtenus par trois parents "insoumis aux arguties scientifiques d’une dignité reconnue au fœtus de 22 semaines d’aménorrhée ou d’un poids de 500 grammes, et refusée en deçà" soient jugés comme une "réponse inconvenante à un combat d’arrière-garde, l’expression d’un scrupule désuet, vain, sans portée, voire d’une compassion".

A l’approche de la très prochaine révision des lois de bioéthique de 2004, n’est-on pas en droit de "se demander si l’éthique "d’en-bas", celle de l’ordinaire et de l’expérience immédiate, est encore conciliable avec certaine  éthique "d’en-haut" "qui "campe désormais sur des positions dogmatiques hostiles à la moindre contestation" ?

Emmanuel Hirsch rappelle que les magistrats de la Cour de cassation n’ont fait que se référer à l’article 79-1 alinéa 2 du code civil qui "ne subordonne pas l’établissement d’un acte d’enfant sans vie ni au poids du fœtus, ni à la durée de la grossesse". Leur décision n’est donc en rien un bouleversement !

Que des parents refusent d’abandonner leur enfant mort né "au scalpel du chercheur ou à l’incinérateur relève de considérations anthropologiques profondes" qui ne peuvent pas ne pas être partagées. Et le fait qu’ils souhaitent inscrire cette existence dans leur histoire familiale "donne à comprendre le sens intime et ultime d’un attachement".

Cette volonté découle d’une haute conception de la dignité humaine et du respect dont son bien souvent témoins les professionnels de santé confrontés à de telles situations et qu’a reconnu la Cour de cassation, dont la décision "prend dès lors une dimension éthique évidente".

Rappelons que le 22 mai 1984, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) affirmait que "l’embryon ou le fœtus doit être reconnu comme une personne humaine potentielle qui est ou a été vivante et dont le respect s’impose à tous". Controversé à l’époque, cet avis n’a en rien empêché le développement de la recherche sur l’embryon (autorisée par décret le 6 février 2006). Aujourd’hui, la Cour de cassation "semble indiquer, pourtant, que l’exigence de respect fait irruption et s’impose d’autant plus là où l’on semble la méconnaître, la contester ou la mépriser au nom de considérations qui ne sauraient être discutées".

Pour Emmanuel Hirsch, l’idéologie scientiste poussée à l’extrême représente une menace pour "les valeurs et les repères indispensables à une existence sociale digne de respect" et fait naître "plus qu’on ne le pense un sentiment d’insécurité, de violence et de vulnérabilité".

Il en appelle donc à ce que les discussions concernant la bioéthique "prennent la juste mesure de leurs responsabilités qui ne se limitent pas aux aspects les plus innovants, spectaculaires et "prometteurs" des pratiques biomédicales".

Le Figaro (Emmanuel Hirsch) 12/02/08

Partager cet article

Synthèses de presse

01bis_embryon

Etats-Unis : trois souriceaux nés d’une cellule de peau

Dirigé par Shoukrat Mitalipov, des chercheurs ont fait naitre des souriceaux à partir d'une cellule de peau et d'un ovocyte ...
02_fin_de_vie_soins_palliatifs
/ Fin de vie

Sédation palliative : une nouvelle directive aux Pays-Bas

En juin 2022, la KNMG et l’IKNL ont publié une révision de la directive relative à la sédation palliative ...
Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR
/ Génome

Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR

Une équipe internationale vient de remporter le Big Beat Challenge, pour son projet de thérapie génique visant les maladies cardiaques ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres