Dysphorie de genre : un risque d’accident cardio-vasculaire multiplié par près de 7

Publié le 28 Fév, 2023

Une étude présentée lors de la session scientifique annuelle de l’American College of Cardiology lors du Congrès mondial de cardiologie indique que les personnes auxquelles on administre un traitement hormonal dans le cadre d’une « transition de genre » sont confrontées à un risque « considérablement accru » d’événements cardiaques graves, notamment d’accident vasculaire cérébral, de crise cardiaque et d’embolie pulmonaire. Il serait « multiplié par près de sept » par rapport aux personnes avec un diagnostic de dysphorie de genre qui ne subissent pas de traitement hormonal.

Selon les chercheurs, la présente étude est la « plus importante à ce jour » à examiner les risques cardiovasculaires des traitements de transition de genre « dans cette population historiquement peu étudiée ». Elle se fonde sur l’analyse des événements cardiovasculaires chez « plus de 21 000 personnes souffrant de dysphorie de genre à partir d’une base de données nationale de dossiers hospitaliers ». Parmi elles, 1 675 ont eu recours à un traitement hormonal.

Les œstrogènes et la testostérone sont connus pour augmenter l’activité de coagulation du sang, ce qui pourrait expliquer, selon les chercheurs, l’augmentation des événements cardiovasculaires qui y sont liés. Les personnes prenant un traitement hormonal présentaient également des taux plus élevés d’hypothyroïdie, sans augmentation des décès[1].

« Il est important que les personnes qui envisagent cette thérapie soient informées de tous les risques », rappelle le Dr Ibrahim Ahmed, auteur principal de l’étude.

Aux Etats-Unis, des données récentes suggèrent qu’« environ 1 million à 1,6 million de personnes s’identifient comme transgenres ». Et le recours à l’hormonothérapie augmente rapidement, en particulier chez les adolescents et les jeunes adultes.

 

[1] Les chercheurs comptent à présent étudier l’influence de la durée du traitement, l’âge auquel il est initié ou encore le mode d’administration.

Source : Medical Xpress, American College of Cardiology (23/02/2023) – Photo : iStock

Partager cet article

Synthèses de presse

Genre : les bloqueurs de puberté provoquent des problèmes de fertilité « irréversibles »
/ Genre

Genre : les bloqueurs de puberté provoquent des problèmes de fertilité « irréversibles »

Selon une étude de la Mayo Clinic dévoilée fin mars, les bloqueurs de puberté peuvent provoquer des problèmes de fertilité ...
Un « embryon de synthèse » fabrique sa membrane basale

Un « embryon de synthèse » fabrique sa membrane basale

Une équipe de la Medical University of Vienna a mis en œuvre des « embryons de synthèse » pour caractériser ...
Allemagne : une première étape vers la dépénalisation de l’avortement ?
/ IVG-IMG

Allemagne : une première étape vers la dépénalisation de l’avortement ?

Une commission mandatée par le Gouvernement allemand a recommandé de dépénaliser l’avortement jusqu’à 12 semaines de grossesse ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres