Des essais pour réparer le cœur avec les cellules souches des patients

Publié le 1 Déc, 2015

La start up CellProthera[1] a annoncé mardi le lancement d’un essai clinique en 2016 pour tester « un traitement expérimental innovant » sur une « cinquantaine » de patients cardiaques. L’essai, qui sera réalisé en France, au Royaume Uni et à Singapour vient d’obtenir l’autorisation des autorités européennes.

 

Le traitement consiste à « injecter directement dans le cœur des patients leurs propres cellules souches afin de régénérer leurs tissus abimés par un infarctus ». Le procédé, déjà testé « de manière artisanale » sur sept patients en 2002-2005 (cf. Gènéthique du 28 février 2012) a été amélioré par la start up : les cellules souches sont obtenues « à partir d’une simple prise de sang », puis multipliées dans un automate, une « sorte d’armoire incubateur développé par CellProthera ». Le greffon obtenu après neuf jours d’incubation dans l’appareil sera ensuite « injecté directement par le cardiologue dans la zone affectée du cœur (…) sous simple anesthésie locale ».

 

CellProthera envisage de commercialiser les automates ainsi que les « kits à usage unique qui permettront de produire les greffons ». Elle a déjà levé 20 millions d’euros et « espère encore trouver 25 millions d’euros pour financer son développement ».

 

Les promoteurs du projet ont annoncé qu’« en cas de résultats concluants, il pourrait être élargi à environ 150 patients et être applicable à l’horizon 2019, à des centaines de milliers de malades chaque année dans le monde ».

 

[1] Créée en 2008 par le Professeur Hénon, médecin hématologue spécialiste des cellules souches.

 

AFP (1/12/2015)

Partager cet article

Synthèses de presse

Gene-drive : l’Uruguay veut rendre stériles des mouches
/ Génome

Gene-drive : l’Uruguay veut rendre stériles des mouches

En Uruguay, des chercheurs ont mis au point une technique de « gene-drive » pour éradiquer des vers dévastateurs ...
Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées
/ Génome

Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées

Une analyse des données génomiques de près de 250 000 personnes a permis d'identifier « plus de 275 millions de ...
Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques
/ Genre

Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques

Selon une étude, la dysphorie de genre ne semble pas être un facteur prédictif de la mortalité par suicide lorsque ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres