Des cellules souches progénitrices contre le vieillissement ?

Publié le 6 Jan, 2012

Des chercheurs de l’école de médecine de l’université de Pittsburgh viennent de publier, dans le dernier numéro de Nature Communications, une étude* menée sur des souris, montrant des effets bénéfiques des cellules souches progénitrices pour ralentir le vieillissement.

Si le vieillissement va de pair avec un déclin du nombre et du fonctionnement des cellules souches adultes (réplication et différenciation), il est difficile de savoir s’il est cause du vieillissement ou s’il ne fait qu’y contribuer.
Après avoir prélevé des cellules souches progénitrices au niveau de muscles de souris jeunes et en bonne santé, les chercheurs les ont injectées à des souris atteintes de progéria, une maladie génétique humaine caractérisée par un vieillissement accéléré. Multipotentes, les cellules souches progénitrices sont dotées d’une forte capacité de prolifération et de différenciation. Les chercheurs ont observé que ces greffes de cellules souches progénitrices gardaient en santé plus longtemps les rongeurs malades et rallongeaient leur durée de vie.
Ils ont également constaté que les cellules injectées avaient des "effets systémiques" en induisant la formation de nouveaux vaisseaux sanguins dans les muscles et le cerveau, où leur présence n’a pourtant pas été détectée.

Pour les auteurs de ces travaux, le fait que la transplantation de cellules souches progénitrices fonctionnelles suffise à allonger la vie des souris atteintes de progéria  "fournit la preuve expérimentale que le déclin des aptitudes des cellules souches adultes contribue aux manifestations du vieillissement". Ils ajoutent que "ces observations suggèrent que les cellules souches progénitrices issues du muscle favorisent la santé et la longévité en secrétant des facteurs activateurs qui induisent la régénération des tissus, et que les cellules souches des animaux âgés ont manifestement perdu cette fonction sécrétoire".

* Nature Communications, “Muscle-derived stem/progenitor cell dysfunction limits healthspan and lifespan in a murine progeria model”, Mitra Lavasani, Andria R. Robinson, Aiping Lu, Minjung Song, Joseph M. Feduska, Bahar Ahani, Jeremy S. Tilstra, Chelsea H. Feldman, Paul D. Robbins, Laura J. Niedernhofer & Johnny Huard, 03/01/12

le Devoir.com 05/01/12  – ctv.ca 03/01/12

Partager cet article

Synthèses de presse

Ecosse : le NHS interrompt la prescription de bloqueurs de puberté pour les mineurs
/ Genre

Ecosse : le NHS interrompt la prescription de bloqueurs de puberté pour les mineurs

La clinique Sandyford de Glasgow a décidé d’interrompre la prescription de bloqueurs de puberté aux mineurs ...
« Soins d’accompagnement » : médecins et infirmiers opposés au changement de terminologie
/ Fin de vie

« Soins d’accompagnement » : médecins et infirmiers opposés au changement de terminologie

Infirmiers et médecins indiquent leur préoccupation « en raison des divergences avec la terminologie internationale et leurs conséquences pour la ...
Mettre le feu au matelas de son grand-père pour l’« aider à mourir » ?
/ Fin de vie

Mettre le feu au matelas de son grand-père pour l’« aider à mourir » ?

Une femme de 32 ans encourt la réclusion criminelle à perpétuité pour avoir tué son grand-père en mettant le feu ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres