Des cellules souches adultes dans le poumon humain

Publié le 11 Mai, 2011

Une équipe de la Harvard Medical School à Boston, dirigée par le Dr Piero Anversa, vient de localiser une population de cellules souches dans le poumon humain. Après expansion in vitro et injection dans le poumon sévèrement lésé d’une souris, ces cellules indifférenciées qui ont la capacité de se renouveler à l’identique et de se différencier en plusieurs types cellulaires, se sont intégrées structurellement et fonctionnellement dans l’organe lésé. Elles ont formé des bronchioles, des alvéoles et des vaisseaux pulmonaires de dimensions variées.

Cette découverte soulève l’espoir que les cellules souches adultes de poumon puissent être utilisées pour restaurer le tissu pulmonaire chez des patients atteints de maladies pulmonaires telles que la broncho-pneumopathie chronique obstructive ou l’hypertension artérielle pulmonaire. Ce serait alors une bonne alternative aux risques de la transplantation allogénique ou de la reprogrammation. Le réel potentiel thérapeutique doit encore être établi.

"La principale découverte, à savoir que des cellules dotées d’un potentiel régénérateur multilignage existent dans les poumons normaux et peuvent, après expansion, s’auto-organiser en unités respiratoires intégrées in vivo, est convaincante, estime de son côté le Dr Harold Chapman. Ce seul résultat soulève non seulement des possibilités de bio-ingénierie, mais aussi de nombreuses questions sur le rôle de telles cellules dans les maladies pulmonaires".

New England Journal of Medicine, Kajstura et coll., 12 mai 2011, p.1795

Le Quotidien du médecin (Dr Véronique Nguyen) 12/05/11

Partager cet article

Synthèses de presse

Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées
/ Génome

Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées

Une analyse des données génomiques de près de 250 000 personnes a permis d'identifier « plus de 275 millions de ...
Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques
/ Genre

Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques

Selon une étude, la dysphorie de genre ne semble pas être un facteur prédictif de la mortalité par suicide lorsque ...
heartache-1846050_960_720

Un protocole pour produire des valves cardiaques à partir de cellules iPS humaines

Des chercheurs ont développé un protocole « efficace » pour induire la différenciation de cellules iPS humaines en cellules valvulaires fonctionnelles ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres