Débat autour de la bioéthique

Publié le 12 Mar, 2002

Le journal « La Croix » reprend dans son édition du jour, les réactions de plusieurs lecteurs sur des questions relatives à la bioéthique. L’un d’entre eux, le professeur Roland Maraud justifie les raisons pour lesquelles on ne peut qualifier un embryon « d’amas de cellules » ce qui en ferait un agglomérat d’éléments quelconques dans la mesure ou cela est contradictoire avec l’ensemble des mécanismes qui s’organisent au cours des six ou sept premiers jours de l’évolution de l’embryon.

Revenant sur les propos de François Dagognet qui considérait que « l’homme peut devenir un moyen si la fin est l’homme », un autre lecteur dénonce que l’on puisse tuer des hommes pour que d’autres en profitent et ceci au nom d’une « solidarité interhumaine ».

«Enfermer la recherche dans un non catégorique me semble vain. Ne peut-elle être en liberté surveillée ? ».Telle est la position de Michel de Lanauze qui souhaiterait une position de l’Eglise moins catégorique.

Réaction vive également d’un lecteur concernant la position de l’Allemagne. Comment ne pas être choqué, estime t-il que ce pays autorise l’importation de cellules embryonnaires mais interdise la recherche sur ses propres embryons.

Enfin, Jean-Dominique Baylé, docteur ès sciences s’intéresse aux relations entre l’Eglise et la science.

La Croix 12/03/02

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

Le dossier médical partagé devant le Conseil constitutionnel
/ E-santé

Le dossier médical partagé devant le Conseil constitutionnel

Après sa saisine par l'ordre des médecins, le Conseil d'Etat a soumis une QPC sur les modalités d'accès au dossier ...
Suicide assisté : les juges italiens doivent statuer « au cas par cas »
/ Fin de vie

Suicide assisté : les juges italiens doivent statuer « au cas par cas »

Selon la Cour constitutionnelle italienne, en l’absence de législation sur le suicide assisté, les juges devront se prononcer « au ...
Tennessee : « Il n'existe pas de droit fondamental à un certificat de naissance mentionnant l'identité de genre au lieu du sexe biologique »
/ Genre

Tennessee : « Il n’existe pas de droit fondamental à un certificat de naissance mentionnant l’identité de genre au lieu du sexe biologique »

Une cour d'appel a statué que le Tennessee ne pratiquait pas de discrimination en n'en autorisant pas à modifier la ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres