Covid-19 : se rappeler de « la profonde vulnérabilité humaine dans un monde qui a tout fait pour l’oublier »

Publié le 24 Mar, 2020

Dans une interview pour le journal Le Monde, Corine Pelluchon, professeur de philosophie à l’université Gustave Eiffel et membre du conseil scientifique de la Fondation Nicolas Hulot pour la nature et l’homme, analyse la pandémie de coronavirus comme un rappel « en premier lieu, [de] la profonde vulnérabilité humaine dans un monde qui a tout fait pour l’oublier ». Une analyse partagée dans une tribune du journal Le Figaro par Michel Maffesoli, sociologue et professeur émérite à la Sorbonne, pour qui « la pandémie de coronavirus ébranle l’idéologie progressiste des sociétés modernes et sa prétention à tout résoudre ». Un « progressisme [qui] s’employait à justifier la domination sur la nature » et dont « les réformes dites ″sociétales″ (mariage pour tous, PMA-GPA, etc.) en [sont] les formes caricaturales ». « Ambition, prétention de tout maîtriser. »

Pour Corine Pelluchon « nos modes de vie et tout notre système économique sont fondés sur une forme de démesure, de toute-puissance, consécutive à l’oubli de notre corporéité ». Mais aujourd’hui, « nous qui nous pensions définis par notre volonté et nos choix, nous sommes arrêtés par cette passivité existentielle, par notre vulnérabilité, c’est-à-dire par l’altération possible du corps, par son exposition aux maladies et son besoin de soin et des autres ». Alors « plutôt que de vouloir dominer la nature, on s’accorde à elle », déclare le sociologue.

Et la philosophe le certifie « la conscience de cette vulnérabilité est une force ». Car « seule l’expérience de nos limites, de notre vulnérabilité et de notre interdépendance peut nous conduire à nous sentir concernés par ce qui arrive à autrui, et donc responsables du monde dans lequel nous vivons ». En effet, affirme Corine Pelluchon, « l’autonomie, ce n’est pas le fantasme d’une indépendance absolue, hors sol, mais reconfigurée à la lumière de la vulnérabilité, elle devient résolution de prendre sa part dans les épreuves communes ». Ce qu’atteste le sociologue : « l’angoisse de la finitude, finitude dont on ne peut plus cacher la réalité, incite (…) à rechercher l’entraide, le partage, l’échange, le bénévolat et autres valeurs du même acabit que le matérialisme moderne avait cru dépasser ».

Pour Michel Maffesoli, « la crise sanitaire porteuse de mort individuelle est l’indice d’une crise civilisationnelle, celle de la mort d’un paradigme progressiste ayant fait son temps. Peut-être est-ce cela qui fait que le tragique ambiant, vécu au quotidien, est loin d’être morose, conscient qu’il est d’une résurrection en cours. Celle où dans l’être-ensemble, dans l’être-avec, dans le visible social, l’invisible spirituel occupera une place de choix ».

« En nous rappelant brutalement notre fragilité, cette crise est aussi l’occasion de se poser la question de sa responsabilité », déclare Corine Pelluchon. Une « expérience du négatif [qui doit] se commue[r] en une réflexion sur nos limites », en l’« occasion d’une transformation individuelle et collective, afin que la conscience de notre vulnérabilité, de notre appartenance à un monde plus vaste que soi, de notre lien au vivant, devienne un savoir incarné et vécu qui transforme notre comportement ». La philosophe l’affirme : « La science et la technique ne suffisent pas ». Alors, « pour contrer la tentation de la démesure, de la toute-puissance – ce que les Anciens appelaient l’hubris -, c’est à nous de prendre le temps individuellement et collectivement de réfléchir à la société dans laquelle nous voulons vivre ».

Pour aller plus loin :

Je suis mon corps

Mathieu Bock-Côté : « Des évidences que nul n’aurait jamais osé contester ont été transformées en provocations réactionnaires »

“On ne saurait aborder les questions bioéthiques en se contentant de céder devant un prétendu sens de l’histoire”

Le Figaro, Michel Maffesoli (23/03/2020) – Le Monde, Corine Pelluchon Propos recueillis par Claire Legros (24/03/2020)

Partager cet article

Synthèses de presse

pixabay_-_question-mark-1872665_340
/ Genre

Bloqueurs de puberté : des données « insuffisantes »

Sur l'utilisation des bloqueurs de puberté, « les études contrôlées, à long terme, claires et concluantes, font défaut à l'heure actuelle » ...
Greffe de cellules souches : un patient en rémission du VIH et de la leucémie
/ Génome

Greffe de cellules souches : un patient en rémission du VIH et de la leucémie

Cinq ans après une greffe de cellules souches, un Californien de 68 ans, n'a plus aucune trace du VIH, ni ...
FIV : deux propositions de loi adoptées par l’Assemblée législative de l’Alabama
/ PMA-GPA

FIV : deux propositions de loi adoptées par l’Assemblée législative de l’Alabama

Les deux chambres de l’Assemblée législative de l’Etat de l’Alabama ont adopté des propositions de loi visant à "protéger" la ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres