Coronavirus : une clinique néerlandaise dédiée à l’euthanasie ferme ses portes

Publié le 23 Mar, 2020

Aux Pays-Bas, « la seule clinique spécialisée dans l’euthanasie », the Euthanasia Expertise Center, anciennement Clinique de fin de vie (Levenseindekliniek), a fermé ses portes à cause de la pandémie de coronavirus. « Dans l’intérêt de la santé publique, de nos patients, de leurs proches et des employés du centre d’expertise », indique le site internet de la clinique.

Ainsi, l’euthanasie « n’étant pas une priorité absolue », « aucun nouveau patient ne sera admis ». En revanche, « si une euthanasie a déjà été organisée, elle aura lieu, à condition que le groupe de participants soit limité à ceux qui sont absolument nécessaires ».

Cet établissement situé à La Haye pratique l’euthanasie pour des « patients dont le médecin généraliste refuse d[e l]’autoriser ». Il emploie des médecins et des infirmières ambulatoires qui travaillent également ailleurs.

La centre restera fermé « jusqu’au 6 avril ».

Pour aller plus loin :

Pays-Bas : consulté pour une demande d’euthanasie, un médecin guérit un malade psychiatrique

Euthanasie aux Pays-Bas : une augmentation de 15% de demandes adressées à la Clinique de fin de vie de la Haye

Euthanasie sans consentement d’une patiente aux Pays-Bas : le médecin ne sera pas poursuivi

Baisse du nombre d’euthanasies aux Pays-Bas : des médecins “de plus en plus méfiants”

BioEdge, Michael Cook (21/03/2020)

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

Autiste et suicidaire, un Belge de 26 ans demande l’euthanasie « surtout pour ses parents »
/ Fin de vie

Autiste et suicidaire, un Belge de 26 ans demande l’euthanasie « surtout pour ses parents »

Un jeune Belge, diagnostiqué haut potentiel et autiste, a effectué 7 tentatives de suicide. « Après en avoir discuté avec ...
istock-518234140
/ Genre

Genre : ménopausées à 20 ans à cause de la testostérone

Une étude révèle que les hommes transgenres souffrent de problèmes « post-ménopause », comme l'incontinence, dès l'âge de 20 ans ...
Kenya : vendre des données de santé en échange d’un rendez-vous médical
/ E-santé

Kenya : vendre des données de santé en échange d’un rendez-vous médical

Au Kenya, l’application Snark Health propose aux patients de vendre leurs données de santé pour ne pas avoir à payer directement leurs ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres