Conflits d’intérêt : des chercheurs sous influence ?

Publié le 10 Nov, 2020

Le British Medical Journal a réalisé une enquête[1] auprès de 20 praticiens « familiers des essais cliniques » sur la façon dont ils perçoivent les conflits d’intérêt. Des conflits qui peuvent influencer « la façon dont les essais sont conçus, conduits, interprétés ou diffusés » et qui sont « associés à la publication de résultats plus souvent statistiquement significatifs ou de conclusions favorables » d’après différents travaux.

L’enquête montre que « l’influence des conflits d’intérêt se manifeste sur le choix de l’objet de comparaison, la manipulation du déroulement de la randomisation, l’arrêt prématuré des essais, la fabrication de données, l’accès bloqué aux données et le truquage des résultats ». Mais de façon surprenante selon les auteurs, « seulement 8 des 20 participants considèrent avoir été confrontés à une influence abusive au cours d’un essai clinique ». Ce qui peut indiquer que « dans la plupart des essais les conflits d’intérêt ne représentent pas un problème ». Ou refléter « différents seuils de tolérance utilisés pour définir un conflit d’intérêt ou pour considérer qu’il pose question ».

En effet, l’étude révèle que « les participants à l’enquête n’ont pas tous la même définition du conflit d’intérêt ou du seuil à partir duquel ils considèrent que celui-ci existe ». Ainsi, certains chercheurs jugent que des conflits d’intérêt non commerciaux, « comme le financement d’essais par des agences gouvernementales avec un agenda précis pour les résultats », ont un impact « aussi important, voire plus important », que les conflits d’ordre commercial. « Et sont plus souvent difficiles à repérer et à gérer. »

 

[1] Østengaard L. et coll. : Influence and management of conflicts of interest in randomised clinical trials: qualitative interview study. BMJ 2020;371:m3764

Source : JIM, Dr Roseline Péluchon (09/11/2020) – Photo : Free images

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

booties-2047596_1920

Choisir le sexe de son futur bébé : un marché de 500 millions de dollars

Aux Etats-Unis, sélectionner le sexe de son futur enfant dans le cadre d’une fécondation in vitro est légal. Un marché ...
hacker
/ E-santé

Ecosse : des données relatives à la santé mentale d’enfants divulguées

Le NHS Dumfries and Galloway a confirmé que des données relatives à la santé mentale d’enfants ont été publiées par ...
pape_francois
/ Fin de vie

Pape François : l’euthanasie est « un échec de l’amour »

S’adressant aux participants du symposium sur les soins palliatifs, le Pape a rappelé que l’euthanasie « n’est jamais une source ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres