Caritas in veritate :  »l’ouverture à la vie est le centre d’un développement véritable »

Publié le : 8 juillet 2009

La nouvelle encyclique de Benoît XVI, Caritas in Veritate, est consacrée à la mondialisation. Rappelant la doctrine sociale de l’Eglise, elle reprend la problématique de Paul VI dans Populorum Progressio (1967) : comment promouvoir un développement humain intégral ? Pour ce faire, elle envisage de nombreuses questions comme l’économie, la finance, l’environnement, la politique, la démographie, la technique…Elle s’achève sur l’idée que dans "la bioéthique (…) se joue de manière radicale la possibilité même d’un développement humain intégral".

Pour le Pape "la ‘rationalité’ de l’agir technique centré sur lui-même s’avère irrationnelle, parce qu’elle comporte un refus décisif du sens et de la valeur". Or la bioéthique est "le domaine primordial et crucial de l’affrontement culturel entre la technique considérée comme un absolu et la responsabilité morale de l’homme". Alors que la technique prétend donner tout pouvoir sur l’homme et sa nature, c’est la connaissance anthropologique qui se délite à force de réductions matérialistes. "Ces réductions se fondent sur une profonde incompréhension de la vie spirituelle et elles conduisent à méconnaître que le développement de l’homme et des peuples dépend en fait aussi de la résolution de problèmes de nature spirituelle".

Ainsi "il faut affirmer aujourd’hui que la question sociale est devenue radicalement une question anthropologique, au sens où elle implique la manière même, non seulement de concevoir, mais aussi de manipuler la vie, remise toujours plus entre les mains de l’homme par les biotechnologies". "Ce qui est stupéfiant, c’est la capacité de sélectionner arbitrairement ce qui, aujourd’hui, est proposé comme digne de respect. (…) Tandis que les pauvres du monde frappent aux portes de l’opulence, le monde riche risque de ne plus entendre les coups frappés à sa porte, sa conscience étant désormais incapable de reconnaître l’humain".

Pour Benoît XVI, la clé d’un développement durable "c’est une intelligence capable de penser la technique et de saisir le sens pleinement humain du "faire" de l’homme, sur l’horizon de sens de la personne prise dans la globalité de son être".

08/07/09 - La Croix 08/07/09 - Le Figaro 08/07/09

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres