Arrêt Perruche

Publié le 31 Jan, 2001

Laurent Aynès, professeur de droit civil à l’université Paris I – Panthéon – Sorbonne, explique en quoi la cour de cassation, en rendant le 17 novembre dernier l’arrêt Perruche, a ignoré l’une des données fondamentales de l’être humain : chaque homme reçoit la vie, non de lui même mais d’autrui, et ne peut donc débattre devant les tribunaux des principes et des conditions de son apparition à la vie.

 

Or le débat judiciaire, qui a abouti à cet arrêt, s’est concentré sur la question de la causalité masquant à peine la véritable question : l’enfant né handicapé subit-il un préjudice réparable ?

 

L’arrêt Perruche pourrait bien reposer sur une double erreur de raisonnement. La première consiste à rattacher le préjudice de l’enfant au fait que sa mère a été privée du droit d’interrompre sa grossesse,sans se soucier de quel droit propre l’enfant est lésé. La seconde erreur consiste à assimiler malheur et préjudice.

L’affaire n’est pas terminée ; l’existence en la personne de l’enfant d’un préjudice réparable devrait être débattue et tranchée, l’espère Laurent Aynès, par la négative.

Le Monde 31/01/01

Partager cet article

Synthèses de presse

01bis_embryon

Etats-Unis : trois souriceaux nés d’une cellule de peau

Dirigé par Shoukrat Mitalipov, des chercheurs ont fait naitre des souriceaux à partir d'une cellule de peau et d'un ovocyte ...
02_fin_de_vie_soins_palliatifs
/ Fin de vie

Sédation palliative : une nouvelle directive aux Pays-Bas

En juin 2022, la KNMG et l’IKNL ont publié une révision de la directive relative à la sédation palliative ...
Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR
/ Génome

Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR

Une équipe internationale vient de remporter le Big Beat Challenge, pour son projet de thérapie génique visant les maladies cardiaques ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres