Afrique, Australie : un manque global de soins palliatifs

27 Mai, 2024

Selon les données de l’Australian Institute of Health and Welfare (AIHW)[1], 8 personnes sur 10 qui meurent en Australie chaque année nécessitent de recourir aux soins palliatifs, ce qui représente 110 000 personnes qui souffrent diverses pathologies. Or, 62 % de ces patients ne bénéficient pas de ces soins, ce qui génére « souffrance et détresse inutiles ».

La probabilité d’accéder à ces soins dépend de la maladie et de la localité. Ainsi, les personnes souffrant de démence ou de maladies cardiaques sont moins susceptibles d’accéder aux soins palliatifs que ceux atteints de cancers. De même, les villes sont mieux dotées que les zones rurales. Dans certaines régions, seulement 15 % environ des personnes atteintes d’une maladie limitant l’espérance de vie ont reçu des soins palliatifs « en temps utile ».

En Afrique, la situation est également critique. Sur 54 pays africains, seuls 11 ont défini une feuille de route en matière de soins palliatifs.

Or, comme le montrent les données de la AIHW, « l’écrasante majorité des patients en soins palliatifs font état de meilleurs résultats en ce qui concerne la gestion de la douleur et de leurs symptômes », comme au niveau de leurs besoins psychologiques et spirituels. Leurs familles et leurs aidants ont en outre la sensation que leurs propres problèmes se sont améliorés ou sont « restés limités » lorsque le patient a bénéficié d’un soutien.

 

[1] Publiées dans le rapport Palliative care and health service use for people with life-limiting conditions. Les données ont été recueillies en 2019-2020

Sources : ABC, (25/05/2024) ; The New Numanitarian, Obi Anyadike et Anthony Langat (14/05/2024) ; The Epoch Times, Rex Widerstrom (25/05/2024) ; Courrier international (25/05/2024)

DERNIERES ACTUALITES
CEDH : interdire l’euthanasie ne viole pas les droits de l’Homme

CEDH : interdire l’euthanasie ne viole pas les droits de l’Homme

Le 12 juin, la CEDH a rejeté le recours d’un Hongrois qui demandait à accéder à l’euthanasie ou au suicide assisté pour mettre fin à sa vie lorsqu’elle deviendrait « insupportable » pour lui. Le requérant, Daniel Karsai, un avocat de 46 ans, est atteint de sclérose...

Partager cet article
[supsystic-social-sharing id='1']

Toute l’actualité bioéthique
chez vous, gratuitement

Cochez vos choix :

En validant ce formulaire, j’accepte de recevoir les informations du site Gènéthique par email et accepte la politique de confidentialité