Vivisection : En réponse à une initiative citoyenne, le Parlement européen auditionne les experts

Publié le 19 Mai, 2015

 

L’initiative citoyenne européenne « Stop vivisection », qui réclame « l’interdiction de l’utilisation d’animaux considérés comme des modèles biologiques de l’homme à des fins scientifiques », aurait recueilli 1,2 millions de pétitionnaires. La pétition « appelle à l’usage des méthodes alternatives plus fiables et très souvent plus économiques qui existent pour recueillir des données pour l’homme ».

 

En réponse à cette initiative, le Parlement européen a consacré deux audiences à l’écoute des experts. Trois prix Nobel de médecine, John O’Keefe, May-Britt Moser et Françoise Barré-Sinoussi ont plaidé pour l’utilisation de rongeurs dans la recherche et se sont prononcés en faveur de la vivisection.

 

A l’inverse, le médecin américain Ray Greek s’est opposé à l’expérimentation animale en déclarant que les « bêtes (…) ne constituent pas un modèle fiable pour l’homme » et en soulignant les « très peu de cas où une thérapie réussie sur un rongeur a été transposée avec succès sur l’homme ». Le député européen allemand Vert, Martin Häusling, à quant à lui insisté sur la souffrance des animaux et a invité à « explorer des approches non animales qui existent et sont prometteuses ».

 

Ivan Balansard, vétérinaire et chargé de mission au CNRS, rappelle cependant que « ce n’est qu’une minorité de la communauté scientifique qui porte l’initiative ‘stop vivisection’ » et que « dans l’ensemble, la majorité s’oppose à l’arrêt de l’expérimentation animale, surtout de façon aussi radicale ». Pour lui, les chercheurs respectent de leur mieux la directive 2010 de l’UE qui « régule l’utilisation d’animaux pour la recherche scientifique et leur garantit un haut niveau de bien-être » et qu’ils travaillent à mettre en place « une politique de transparence », afin de pallier « un déficit d’information (…) qui laisse la voie libre à tous les fantasmes ».

 

La Commission européenne communiquera sa position sur l’initiative « Stop vivisection » le 3 juin prochain.

 

Interrogé par Le Monde Carlos Moedas, commissaire européen à la recherche, la science et l’innovation, s’est exprimé sur les audiences qui ont eu lieu au Parlement Européen : « Je suis attentivement ces débats. Il faut que la science serve de base pour la décision publique, tout en écoutant les citoyens. Dans cet esprit, j’ai annoncé la semaine dernière une nouvelle organisation d’un conseil scientifique pour la Commission, qui remplace le dispositif précédent du conseiller scientifique en chef. Ce futur mécanisme s’appuiera sur la vaste panoplie d’expertises scientifiques disponibles en Europe (universités, organismes…), le tout étant coordonné par un groupe de scientifiques indépendants de haut niveau. »

Le Monde(20/05/2015)

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

Inde : « Personne, y compris un médecin, n’est autorisé à provoquer la mort d’une autre personne »
/ Fin de vie

Inde : « Personne, y compris un médecin, n’est autorisé à provoquer la mort d’une autre personne »

Le 2 juillet, la Haute Cour de Delhi a rejeté la requête demandant de constituer une commission médicale pour évaluer ...
Passeport
/ PMA-GPA

GPA : la Cour constitutionnelle colombienne demande de nouvelles règles face au risque d’apatridie

La Cour constitutionnelle colombienne a ordonné au ministère des affaires étrangères d’accorder la nationalité colombienne à une petite fille née ...
Pologne : le Parlement rejette une proposition de loi visant à décriminaliser l’avortement
/ IVG-IMG

Pologne : le Parlement rejette une proposition de loi visant à décriminaliser l’avortement

Le 12 juillet, le parlement polonais a rejeté, avec 218 voix contre 215, une proposition de loi visant à « décriminaliser ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres