Vincent Lambert : le Conseil d’Etat nomme ses 3 experts

Publié le : 27 février 2014

 Saisi par l’épouse de Vincent Lambert et le CHU de Reims, le Conseil d’Etat doit rendre son jugement concernant l’arrêt de l’alimentation et de l’hydratation de Vincent Lambert. Par prudence, il avait demandé une nouvelle expertise médicale dans sa décision du 14 février dernier (Cf. Synthèse Gènéthique du 14 février 2014) et annoncé qu’elle serait conduite par « trois experts », dont les noms viennent d’être dévoilés.
Ils ont été proposés par l‘Académie de médecine, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) et le Conseil national de l’Ordre des médecins. 

 
Marie-Germaine Bousser, proposée par l’Académie de médecine et présentée comme « professeur émérite des universités et chef de service honoraire à l’hôpital Lariboisière » à Paris, et neurologue de 70 ans. Elle est titulaire de l’Académie de médecine et membre du CCNE.

Lionel Naccache, proposé par le CCNE, dont il est membre depuis le mois de septembre, et neurologue de 44 ans, professeur de médecine à Paris. Il est aussi chercheur en neurosciences cognitives à l’Institut du Cerveau et de la moelle épinière (ICM), où il contribue à « l’exploration des propriétés psychologiques et cérébrales de la conscience ».

Jacques Luauté, proposé par l’Ordre des médecins, professeur des universités et chef du service de médecine physique et de réadaptation au centre hospitalier universitaire de Lyon.

L’affaire est « unique en son genre » et fera jurisprudence sur les lectures possibles de la loi sur la fin de vie (2005), ce qui explique la grande prudence des juges.

<p> La Croix (Flore Thomasset) 26/02/2014 – Le Figaro 26/02/2014 – l’Homme nouveau (Adélaïde Pouchol) 1/03/2014</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres