Vidéo de Vincent Lambert : les avocats prennent la parole

Publié le : 12 juin 2015

Une vidéo, filmée et mise en ligne par les proches de Vincent Lambert, et qui montre ce dernier apprendre la décision de la CEDH le concernant et interagir avec son frère, a été largement diffusée hier dans les média (cf. Synthèse Gènéthique du 10 juin 2015).

 

Certains, comme Bernard Devalois, ancien président de la Société Française des soins palliatifs (Sfap), ont dénoncé une « manipulation », et le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) a été saisi. Le CSA n’a cependant pas révélé « par qui il avait été saisi » ni « pour quel motif ».

Me Jean Paillot et Me Jérôme Triomphe, avocats des parents de Vincent Lambert, expliquent, dans une tribune donnée au Figaro, pourquoi ces derniers ont donné leur accord à la diffusion de la vidéo.

 

« Les images tournées n’ont pas été trafiquées » affirment-ils, répondant ainsi à ceux qui «  certainement dérangés dans leur certitude que la mort de Monsieur Vincent Lambert serait raisonnable, ont estimé que la diffusion de cette vidéo était inappropriée, ou ont tenté de la faire passer pour une manipulation de sa famille ».

 

Ces images « montrent Vincent Lambert bien vivant et présent, tel qu’il est et tel que nous l’avons rencontré, et non comme un ‘légume’ branché à des machines qui le maintiendraient artificiellement en vie comme peut-être 99% des Français le pensaient jusqu’à hier » expliquent-ils (cf. Gènéthique Vous Informe du 04 mai 2015).

 

Ils conviennent que « Vincent Lambert n’était pas en mesure de donner son consentement à la diffusion de cette vidéo ». « Pas plus qu’il n’a pu donner son consentement à ce qu’on le fasse mourir de faim et de soif ».

 

« Les parents et le frère de Vincent, qui sont tous les jours à son chevet depuis 2 ans, sont aujourd’hui les seuls protecteurs naturels de leur fils et frère au sens de la jurisprudence » expliquent-ils, sa femme Rachel ayant « quitté Reims pour refaire sa vie en Belgique ». « C’est pourquoi ils ont jugé devoir donner leur consentement en lieu et place de Vincent ».

 

Et ce d’autant plus que cette vidéo :

 

– a « été tournée dans un cadre familial »,

– a été tournée « avec bienveillance pour Vincent, rétablissant au contraire son image »,

– n’a « jamais montré Monsieur Vincent Lambert dans une situation dégradante pour lui ».

 

Jean Paillot et Jérôme Triomphe notent que cette vidéo permet de « constater que Vincent Lambert déglutit normalement ». Ils déclarent qu’une évaluation « de la capacité de Vincent Lambert a être nourri par la bouche » et des « possibilités d’amélioration de cette capacité, grâce à une véritable rééducation » doit être réalisée.

 

« Si monsieur Vincent Lambert peut à nouveau être alimenté par la bouche, sa mise à mort par arrêt de son alimentation dite artificielle deviendra en pratique injustifiable » soulignent-ils.

 

« L’indignation sélective de certains permet de faire tomber les masques », avancent les deux avocats qui soulignent que « ce qui gêne finalement ceux qui veulent la mort de Vincent, c’est que l’opinion réalise désormais qu’elle a été trompée ».

 

 Cette vidéo répond, selon eux, à un « devoir d’information » ainsi qu’à un « devoir de protection et d’assistance à personne en danger ».

 

<p>Le Figaro (Me Jérôme Triomphe, Me Jean Paillot) 12/06/2015 - AFP (10/06/2015) - La Croix (12/06/2015)</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres