Vide juridique et symbolique pour l’infanticide

Publié le : 15 décembre 2009

Lors du colloque "Penser l’infanticide aujourd’hui", organisé par la revue Enfances et Psy, les intervenants ont tenté une réflexion sur l’infanticide détachée des derniers débats médiatiques sur le déni de grossesse.

Pour le psychiatre, psychanalyste et expert près la Cour d’appel de Paris Michel Dubec, l’infanticide, qui a toujours eu une charge symbolique très forte, est "probablement aussi ancien que l’enfantement. Pour autant, commis par des mères, il fait toujours autant scandale".

Le Dr Dubec note par ailleurs que "jusqu’en 1994, il y avait convergence entre la loi et la portée symbolique du crime". La réforme du code pénal en 1994 a en effet supprimé l’infanticide et le parricide qui ne dépendent plus que des articles généraux sur le meurtre et l’assassinat. Cette mesure a provoqué un vide juridique et symbolique puisque "le code pénal n’assure plus son rôle de médiation et d’apaisement". Il estime même que l’emploi du terme de "néonaticide" à la place de celui "d’infanticide" constitue une régession.

Michel Dubec a également envisagé le cas du déni de grossesse, tant invoqué dans les procès pour infanticide. Il estime que toutes les femmes infanticides présentent un trait commun : chez elles, l’annonce de la grossesse est bloquée, pour différentes raisons. La grossesse devient alors clandestine, y compris parfois pour la mère elle-même : "les signes intérieurs de la grossesse sont refoulés et si la chose est perçue, sa signification est enterrée. La femme enceinte ressent, mais n’a pas la perception du corps de l’autre. Du refoulement, on passe ainsi au déni qui ne prémédite pas l’infanticide".

Il convient pourtant de nuancer sérieusement ce terme de "déni de grossesse" dont les médias font tant usage. Pour Annick Le Nestour, pédopsychiatre et psychanalyste et Anne Tursz, pédiatre : "l’approche épidémiologique et clinique des néonaticides montre que le déni global n’est jamais rencontré et qu’il s’agit d’une pathologie extrêmement rare". Les études montrent que toutes les femmes qui commettent cette catégorie de crime sont en situation de solitude, de détresse, de peur de l’abandon et ont un rapport au temps passé/présent/futur totalement disloqué. Aucune n’est pourtant en état de déni complet.

Ce colloque a eu lieu alors que deux nouvelles affaires sont relayées par la presse : le cas d’une jeune femme de 35 ans, écrouée à Nancy après la découverte du cadavre du jumeau d’un enfant que l’on avait retrouvé congelé en 2007; celui d’une autre femme de 24 ans qui plaide le déni de grossesse devant les assises du Bas-Rhin.

Le Quotidien du Médecin (Benoît Thelliez) 14/12/09 - Nouvel Obs.com 12/12/09 - Libération 14/12/09 - La Croix 15/12/09

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres