Vers une législation européenne sur l’intelligence artificielle

Publié le 15 Avr, 2021

Le 21 avril, la Commission européenne doit publier « une proposition pour encadrer les applications d’intelligence artificielle ». L’objectif du texte est double : « rassurer la population en réprimant des dérives dangereuses » et « créer des règles harmonisées favorisant l’essor de ces technologies ».

Le projet consulté par l’AFP comprend diverses interdictions concernant les utilisations « qui menacent les droits fondamentaux ». Ainsi, « les systèmes de « surveillance généralisée » de la population, ceux « utilisés pour manipuler le comportement, les opinions ou les décisions » des citoyens, ou bien des systèmes de « notation sociale » des individus à partir notamment de leur comportement ou leur personnalité » seront proscrits. Mais « des autorisations dérogatoires sont prévues en cas de nécessité pour la lutte antiterroriste et la sauvegarde de la sécurité publique » et « les applications militaires ne sont pas couvertes par la réglementation ».

Des normes pour les applications jugées à haut risque

Des applications « à haut risque » sont recensées, au sein desquelles « l’identification biométrique à distance des personnes dans les lieux publics », « les systèmes de priorisation des services d’urgence » ou encore « les outils utilisés pour le recrutement » ou « pour évaluer la solvabilité des personnes ». Elles seront soumises à des contraintes réglementaires supplémentaires.

Avec ce règlement, l’Europe « entend fournir un cadre juridique clair aux entreprises et un marché harmonisé à travers ses 27 Etats membres ». Les infractions des entreprises « pourraient être punies par des amendes allant jusqu’à 4% de leur chiffre d’affaires mondial », d’après la version actuelle du projet de règlement.

 

Source : Le Figaro avec AFP (14/04/2021) – Photo : Gerd Altmann de Pixabay

Partager cette article

Synthèses de presse

Bilan de la PMA en Suisse : plus de DPI en 2019, moins de naissances multiples

Bilan de la PMA en Suisse : plus de DPI en 2019, moins de naissances multiples

En 2019, 2204 naissances ont eu lieu en Suisse après une fécondation in vitro. Un parcours suivi par 5993 couples ...
Applications de fertilité : des données partagées à l’insu des utilisatrices

Applications de fertilité : des données partagées à l’insu des utilisatrices

Une étude a révélé que la majorité des applications de fertilité collectent et même partagent les données des utilisatrices sans ...
Handicap mental et vieillissement : des progrès et des défis à relever

Handicap mental et vieillissement : des progrès et des défis à relever

L’espérance de vie des personnes porteuses de trisomie 21 est à présent de 65 ans, après avoir doublé en 20 ...