Vers une généralisation des tests génétiques ?

Publié le : 9 septembre 2014

Une fondation américaine, la Fondation Lasker « dont les prix sont considérés comme les ‘Nobels américains‘  » vient de distinguer plusieurs scientifiques ce lundi dont une généticienne américaine, Mary-Claire King, professeur de génétique à l’université de Washington School of Medicine à Seatle, « pour l’ensemble de sa carrière et plus particulièrement sa découverte du gène BRCA1« , dont la mutation prédispose à certains cancers du sein, de même que BRCA2. 

 

A l’occasion de la remise de ce prix, la généticienne a plaidé en faveur d’une généralisation des tests génétiques à toutes les femmes afin de prévenir des cancers héréditaires. Dans le Journal of the American Medical Association, elle écrit : « je pense qu’il est temps de proposer des tests génétiques à toutes les femmes âgées de 30 ans lors de consultations de routine. » Elle estime que « réaliser qu’une femme est porteuse d’un cancer une fois que la maladie s’est déclarée est un échec de la prévention médical. » Enfin, elle affirme qu’il existe aux Etats-Unis « entre 250 000 et 415 000 femmes adultes pour qui les risques d’avoir un cancer des ovaires et des seins sont hautement probables mais potentiellement évitable« . 

 

De quoi alimenter le débat autour des tests génétiques qui permettraient de déceler des prédispositions au développement de maladies : outil révolutionnaire ou passage au crible dangereux ? 

<p>AFP 08/09/2014 - Gènéthique </p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres