‘Vers un eugénisme libéral ? »

Publié le : 5 décembre 2002

Dans son dernier livre*, Jürgen Habermas explique que nous sommes en train de vivre une grande « révolution » : celle de la soumission de la vie à la biotechnologie. « Doit-on laisser les sociétés réguler notre destin génétique ?« . Il montre que si les pratiques eugénistes semblent hors de portée, elles ne sont nullement invraisemblables. Il prend comme exemple le développement des diagnostics pré-implantatoires et des travaux sur les cellules souches embryonnaires. 

Si c’est au sein de notre communauté humaine que nous devons discuter des règles à adopter, les générations suivantes revendiqueront peut-être leur participation à ce débat. « Est-ce que nos enfants seront heureux d’apprendre que nous avons « trafiqué » leur patrimoine génétique ?« 
Habernas explique que « sous prétexte d’éviter des pathologies dont l’extrême gravité est indubitable, la société ne doit pas laisser se développer un eugénisme négatif« . Pour lui, ce n’est pas « aux apprentis sorciers de la biotechnologie de décider seuls de la vie qui vaut d’être vécue« . 

L’avenir de la nature humaine : vers un eugénisme libéral ? de Jürgen Habermas chez Gallimard.

<p>La Croix (Jean-François Petit) 05/12/02 - Libération (Robert Maggiori) 09/01/03</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres