Vers l’expansion du saumon OGM depuis le Canada ?

Publié le 8 Oct, 2019

Au Canada, le saumon génétiquement modifié[1] développé par la société Aquabounty est commercialisé depuis 2016. Neuf tonnes de ce poisson OGM ont d’ores et déjà été consommées, avant la commercialisation « à grande échelle » prévue fin 2020. Les Etats-Unis ont par ailleurs « levé en mars le dernier obstacle réglementaire à la commercialisation de ce même saumon », tandis qu’ « Aquabounty vise d’autres pays : des tests ont été menés à terme en Argentine, sont en cours au Brésil, et devraient débuter en Chine » (cf. Canada : la production commerciale de saumon transgénique autorisée ; Canada : commercialisation des premiers saumons transgéniques).

 

En Europe, les animaux génétiquement modifiés sont actuellement interdits[2], qu’ils soient « OGM classiques » ou modifiés ‘sans traces’ à l’aide de CRISPR. La justice européenne a statué sur ce point en 2018 : les organismes issus des méthodes d’édition du génome doivent être considérés comme des OGM, et donc règlementés de la même façon (cf. Cour de Justice Européenne : les nouvelles techniques de modification génétique doivent se soumettre à la réglementation des OGM).

 

Mais les pressions pour faciliter la commercialisation de ces organismes « édités » génétiquement sont fortes. Aux Etats-Unis, l’industrie du porc, « qui aimerait bien pouvoir élever des porcs génétiquement modifiés pour résister à certaines maladies, est en première ligne ».

 

Dans les pays comme le Canada, l’Argentine et le Brésil, la règlementation « est beaucoup moins stricte et évolue rapidement », au risque que les acheteurs ne soient « pas avertis de manière adéquate » s’inquiète l’association de défense des consommateurs américains. Elle préconise au contraire que les régulateurs incluent, outre la sécurité sanitaire, « les aspects environnementaux et les implications éthiques de ces nouvelles technologies dans leur approche ».

 


[1] L’ADN de ce saumon a été modifié pour qu’il grossisse plus vite.

[2] « Plusieurs dizaines de plantes génétiquement modifiées destinées à l’alimentation humaine ou animale sont autorisées sur le territoire européen ».

AFP (8/10/2019) – Pour les animaux d’élevage aux gènes modifiés, une réglementation balbutiante

Partager cet article

Synthèses de presse

10_dpni
/ Diagnostic Prénatal

Le développement mondial du marché du test prénatal non invasif

Le marché du test de dépistage prénatal non invasif (DPNI) qui analyse l'ADN fœtal, devrait atteindre les 7,3 milliards en ...
Test de grossesse
/ IVG-IMG

IVG : « C’était tellement écrasant que je me suis mise à pleurer »

Erica avait toujours dit que si elle tombait enceinte de façon inattendue, elle ne garderait pas le bébé, mais brusquement ...
Olivier Véran annonce le « déploiement national » de l’espace de santé numérique
/ E-santé

Olivier Véran annonce le « déploiement national » de l’espace de santé numérique

Olivier Véran a annoncé hier le déploiement de l’ENS pour l’ensemble des français et des soignants, dès le 1er janvier ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres