Vaccin et avortement : l’archevêque de Sydney interpelle le gouvernement australien

Publié le : 25 août 2020

Dans une lettre adressée au Premier ministre australien Scott Morrison, l’archevêque de Sydney, Anthony Fisher, se dit « « profondément troublé » par l’accord sur les vaccins conclu entre l’Australie et AstraZeneca ». Pour le prélat, le fait que ce vaccin potentiel utilise une lignée cellulaire fœtale issue d’un avortement « crée un « dilemme éthique » pour les chrétiens ». La lettre est co-signée par « des chefs religieux anglicans et grecs orthodoxes ».

Dans le courrier, l’archevêque demande au premier ministre « de s’assurer que, si le vaccin développé par les chercheurs de l’Université d’Oxford est déployé en Australie, il ne sera pas rendu obligatoire ». Et il l’appelle à rechercher « d’autres candidats vaccins « éthiques » ». « Je suis un fervent défenseur des vaccinations » affirme le prélat.

L’accord conclu entre l’Australie et AstraZeneca la semaine dernière prévoit de proposer le vaccin gratuitement à l’ensemble de la population. Scott Morrison avait envisagé de le rendre obligatoire pour les 25 millions de citoyens australiens, « avant de revenir sur sa position ».

Un candidat vaccin développé par l’Université du Queensland a par ailleurs reçu « un financement gouvernemental de 5 millions de dollars australiens » et « ne contient pas de lignées cellulaires fœtales » indique un porte-parole du gouvernement. Un vaccin potentiel actuellement en phase 1 quand le vaccin de l’Université d’Oxford a atteint la phase 3.

 

Pour aller plus loin :

 

Source : Medical Xpress, AFP (24/08/2020)

Photo : Katja Fuhlert de Pixabay

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres