Va t-on stocker du sang de cordon ombilical ?

Publié le : 31 janvier 2002

Des sociétés américaines multiplient les pressions publicitaires sur les futurs parents pour tenter de les convaincre de congeler le sang placentaire de leur nouveau né.

 

Ainsi voit-on fleurir des slogans publicitaires du type « il s’agit de l’une des plus importantes décisions pour votre bébé et l’avenir de votre famille ».

 

Après la découverte du potentiel thérapeutique des cellules souches et leur probable présence dans le cordon, une dizaine d’entreprises américaines privées se sont donc lancées sur le marché et des filiales commencent à se développer en Europe.

Les tarifs pratiqués à l’heure actuelle ne paraissent pas prohibitifs : de 275 à 1500 dollars (320 à 1750 euros) pour la collecte et la congélation et de 50 à 100 dollars (58 à 116 euros) par an pour le stockage.

 

L’exploitation de cette technique pourrait rapporter jusqu’à 500 millions de dollars par an aux Etats-Unis. Les entreprises concernées se lancent dans de vastes campagnes de communication pour faire de  la congélation du sang de cordon un marché de masse.

Les médecins et chercheurs dénoncent quant à eux l’exploitation abusive de ces pratiques et rappellent que les perspectives thérapeutiques sont encore incertaines.

 

Le professeur Eliane Gluckman, spécialiste d’hématologie cancérologique à St Louis  estime « que les objectifs de marketing rapide[ de ces sociétés] ne correspondent nullement à ce qu’il c

onviendrait scientifiquement de faire dans ce domaine ».

A l’heure actuelle, les recherches au niveau du sang du cordon ombilical ont permis d’établir formellement la présence de cellules souches capables de donner naissance aux différentes lignées sanguines.

 

La présence de cellules souches totipotentes dans le cordon bouleverserait les perspectives thérapeutiques et ce, sans considérations éthiques.

<p>Le Monde (Eric Leser - Jean-Yves Nau) 31/01/02</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres