V. Lambert, N. Bonnemaison : L’euthanasie suscite de nombreuses réactions

Publié le : 23 juin 2014

D’un côté, un médecin urgentiste, le Dr N. Bonnemaison, accusé d’avoir euthanasié 7 personnes et dont le procès est en cours ; de l’autre, un patient tétraplégique, Vincent Lambert, pour qui le rapporteur public du Conseil d’Etat préconise la mort, la décision de l’instance étant attendue pour demain mardi 24 juin (Cf Synthèse de presse Gènéthique du 20/06/2014). Deux actualités qui suscitent de nombreuses réactions en France.

 

Après avoir entendu le Pr Didier Sicard et le député Jean Leonetti dans le cadre du procès de N. Bonnemaison, la Cour d’Assise des Pyrénées a entendu, en tant que témoin, l’ancien ministre de la Santé, Bernard Kouchner. Lors de son audition, l’ancien ministre a choisi de défendre l’ancien urgentiste. Face aux souffrances de la fin de vie, il a précisé : « se détourner est facile, et appliquer la loi, c’est plus facile que de la transgresser« . Devant la cour, Bernard Kouchner a refusé de qualifier l’ancien urgentiste « d’assassin » et a même déclaré, en référence au Dr N. Bonnemaison : « Il y a des hommes à remercier« .

 

Dans le cadre de l’affaire V. Lambert, le président de la Fondation Jérôme Lejeune, Jean-Marie Le Méné, s’oppose au plaidoyer du rapporteur du Conseil d’Etat, dans une interview accordée à Directmatin.fr. Interrogé sur l’émergence d’un débat idéologique qu’il dénonce, Jean-Marie Le Méné précise : « On est dans un débat qui est surtout juridique et technique. Est-ce que la loi Léonetti peut être interprétée au point de permettre l’euthanasie par suppression de l’hydratation et de la nutrition ? Est-ce que l’état de santé de Vincent Lambert peut être assimilé à une vie végétative qui serait moins précieuse qu’une autre ? En vérité personne n’est capable de dire ce que ressent et vit exactement Vincent Lambert . Mais il est certain qu’il vit puisqu’on propose de lui donner la mort ! « . Il est donc certain que « Vincent Lambert n’est pas en fin de vie. Qui peut dire le contraire? Qui prétend savoir?« , interroge-t-il. La société que nous bâtissons est une « société totalement inhumaine où la vie est un matériau à gérer et où la vie gênante est un matériau à jeter« . Il ajoute : V. Lambert « a le droit de vivre et la société a le devoir d’aider sa famille« .

 

Dans ce débat sur la fin de vie à l’heure où François Hollande pourrait légiférer, la Fondation Jérôme Lejeune publie un Manuel « Euthanasie », destiné aux jeunes aux formateurs, aux professionnels de santé ou encore aux parents. Son objectif : « expliquer de façon claire les différentes questions posées par l’euthanasie« , en 5 parties: définition, éthique, médecine, droit, solution. Téléchargeable en ligne sur le site de la Fondation Jérôme Lejeune, il peut également être commandé gratuitement à l’adresse : lesgratuits@fondationlejeune.org.

<p>Ouestfrance.fr 20/06/2014 - TF1.fr (Floriane Dumazert) 20/06/2014 - Directmatin.fr 20/06/2014 - Zenit.org 20/06/2014</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres