USA : en Ohio et au Montana, des lois pour défendre la vie à naître

Publié le 14 Avr, 2021

Aux Etats-Unis, deux Etats tentent actuellement de limiter les possibilités d’avortement.

En Ohio, une cour d’appel fédérale vient de rétablir une loi de protection des fœtus porteurs de trisomie 21, « une affaire considérée comme cruciale au niveau national ». Cette loi, bloquée depuis 2017 par des suspensions juridiques, « interdit spécifiquement aux médecins de pratiquer un avortement s’ils savent qu’un diagnostic de trisomie 21, ou la possibilité d’un tel diagnostic, influence la décision ». Les médecins pourraient « être accusés de crime au quatrième degré », « se voir retirer leur licence médicale » et « devoir payer des dommages et intérêts ». La femme enceinte « n’encourt aucune responsabilité pénale en vertu de la loi ».

La Cour Fédérale a rejeté l’argument de l’ACLU affirmant que l’avortement est un « droit absolu » des femmes. Il lui a opposé le respect nécessaire de la communauté des personnes porteuses de trisomie qui « subit » les « stigmates » des « avortements sélectifs ». La loi a également pour objectif de « protéger les femmes qui soupçonnent un syndrome de Down contre les avortements forcés » et de « protéger la communauté médicale contre les médecins sans éthique ».

Au Montana, le Sénat a approuvé mardi une mesure visant à modifier la Constitution de l’Etat pour définir la vie comme commençant à la conception, « dans le but d’interdire les avortements ». La mesure a déjà été approuvée par le Parlement le mois dernier, mais sera encore soumis à un vote en troisième lecture au Sénat. La Constitution du Montana stipule déjà que « nul ne peut être privé de sa vie, de sa liberté ou de ses biens sans procédure légale régulière ». Avec la modification, la Constitution définirait la personne comme « tous les membres de l’humanité à n’importe quel stade de développement, à commencer par le stade de la fécondation ou de la conception, indépendamment de l’âge, de la santé, du niveau de fonctionnement ou de l’état de dépendance ». Le Montana dispose déjà d’une loi qui permet d’inculper d’homicide une personne qui cause sciemment la mort d’un fœtus en sachant que la femme est enceinte.

 

Sources : Washington Times, Julie Carr Smyth (13/04/2021) ; Washington Times, Amy Beth Hanson (13/04/2021) – Photo : Pixabay\DR

Partager cette article

Synthèses de presse

CRISPR : premières injections chez des adultes dans le cadre d’un essai clinique

CRISPR : premières injections chez des adultes dans le cadre d’un essai clinique

Editas Medicine mène un essai clinique sur des patients atteints d’amaurose congénitale de Leber, dans l’espoir de leur rendre la ...
Son bébé naît vivant après un avortement, elle regrette son choix

Son bébé naît vivant après un avortement, elle regrette son choix

Le petit Keyo Blue, atteint de trisomie 18, a vécu pendant 10 heures après une interruption médicale de grossesse ...
Lille: il reçoit un cœur humain après avoir vécu avec un cœur artificiel

Lille: il reçoit un cœur humain après avoir vécu avec un cœur artificiel

Dans le cadre d'un essai clinique Jérémy Hage a a reçu cœur artificiel, retiré au profit d'un greffon naturel au ...