USA : Biden assouplit le cadre de la recherche sur les tissus de fœtus avortés

Publié le 19 Avr, 2021

Aux Etats-Unis le cadre de la recherche sur les tissus de fœtus avortés a été remanié vendredi. Des limites posées en 2019 sous la présidence de Donald Trump ont été annulées. Désormais, les chercheurs du secteur public pourront « reprendre les recherches qui utilisent des tissus provenant d’avortements volontaires » et les chercheurs du secteur privé pourront recevoir des subventions fédérales pour des recherches similaires sans passer par « l’approbation d’un comité d’éthique spécial ». Le secrétaire à la Santé et aux Services sociaux, Xavier Becerra, a justifié cette décision en déclarant qu’il n’y avait « aucune nouvelle question éthique nécessitant un examen spécial ».

Si l’American Society of Reproductive Medicine s’est réjouie publiquement de ce changement, le National Right to Life Committee a condamné une « décision écœurante ». De son côté, Tony Perkins, président du Family Research Council, a publié un communiqué expliquant que les contribuables « seront désormais obligés de payer pour des expériences barbares » utilisant des tissus provenant d’avortements « au lieu d’utiliser des alternatives éthiques et efficaces ». Quant à l’Institut Charlotte Lozier, un groupe de réflexion pro-vie, il estime que « le secrétaire Becerra ouvrira les vannes au financement par les contribuables fédéraux du trafic de parties du corps de bébés » et que « ses actions sont imprudentes, dangereuses et nuisibles à la vie innocente des enfants à naître ».

Cette décision est à replacer dans un contexte plus large. La question de l’avortement se trouve au cœur d’une lutte politique entre l’administration Biden et les décisions prises ces dernières années par l’administration Trump : cette même semaine, des mesures de non-financement du planning familial américain ont également été retirées, et la FDA a entériné l’assouplissement des conditions d’envoi par la poste des pilules abortives (cf. Etats-Unis : la FDA maintient l’« avortement par la poste »). Selon le journal NPR, il faut donc s’attendre « à de nombreux autres combats politiques sur des questions liées au droit à l’avortement dans les années à venir ».

 

Sources : Medical Press, Marilynn Marchione (16/04/2021) ; BioEdge, Michael Cook (17/04/2021) ; NPR, Sarah McCammon (16/04/2021) – Photo : iStock\DR

Partager cette article

Synthèses de presse

Bilan de la PMA en Suisse : plus de DPI en 2019, moins de naissances multiples

Bilan de la PMA en Suisse : plus de DPI en 2019, moins de naissances multiples

En 2019, 2204 naissances ont eu lieu en Suisse après une fécondation in vitro. Un parcours suivi par 5993 couples ...
Applications de fertilité : des données partagées à l’insu des utilisatrices

Applications de fertilité : des données partagées à l’insu des utilisatrices

Une étude a révélé que la majorité des applications de fertilité collectent et même partagent les données des utilisatrices sans ...
Handicap mental et vieillissement : des progrès et des défis à relever

Handicap mental et vieillissement : des progrès et des défis à relever

L’espérance de vie des personnes porteuses de trisomie 21 est à présent de 65 ans, après avoir doublé en 20 ...