Une nouvelle affaire Lambert devant la justice?

Publié le 10 Avr, 2014

 Plongé dans le coma depuis juillet 2013, un patient a été transféré de l’hôpital de Colmar à celui de Strasbourg, le 2 avril dernier, pour tenter de le réveiller. Selon l’équipe médicale, le patient réagit à certaines stimulations de son environnement et peut ressentir des émotions, soulignant ainsi qu’une “amélioration notable” de son état “peut être envisagée“. Cependant, son épouse s’y est opposée, invoquant une “obstination déraisonnable“.

Dans une décision rendue ce mardi 8 avril, le tribunal administratif de Strasbourg a autorisé les médecins à tenter de réveiller le patient, déboutant ainsi l’épouse de ce dernier. Selon le tribunal, les “soins d’éveils” qu’envisagent le service de neurochirurgie du CHU de Strasbourg “ne peuvent être qualifiés d’inhumains ou dégrandants“, d’autant que “dans le service, le patient pourra bénéficier des soins palliatifs qui ne porteront pas atteinte à ‘sa dignité’ “. En outre, poursuit le tribunal, “tenter des ‘soins d’éveils’ ne ‘remet pas en cause la mise en oeuvre éventuelle’ de la loi Léonetti de 2005 sur l’arrêt des traitements visant à un ‘maintien artificiel’ de la vie’ “. Et selon l’équipe médicale, “si la situation devait évoluer défavorablement, toutes les options resteraient ouvertes, même un arrêt des soins’ “. 

Afin de “lever les incertitudes“, une expertise médicale a été demandée par l’épouse du patient. “Selon une porte-parole du tribunal, cette expertise devrait être prochainement ordonnée“.

 Legeneraliste.fr 09/04/2014

Partager cet article

Synthèses de presse

01bis_embryon

Etats-Unis : trois souriceaux nés d’une cellule de peau

Dirigé par Shoukrat Mitalipov, des chercheurs ont fait naitre des souriceaux à partir d'une cellule de peau et d'un ovocyte ...
02_fin_de_vie_soins_palliatifs
/ Fin de vie

Sédation palliative : une nouvelle directive aux Pays-Bas

En juin 2022, la KNMG et l’IKNL ont publié une révision de la directive relative à la sédation palliative ...
Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR
/ Génome

Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR

Une équipe internationale vient de remporter le Big Beat Challenge, pour son projet de thérapie génique visant les maladies cardiaques ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres