Une mère refuse le DPI

Publié le 10 Mai, 2010

Une jeune écossaise de 25 ans, Nicky Mason, a refusé de faire appel au diagnostic préimplantatoire (DPI) afin d’éviter la naissance d’un troisième enfant handicapé. Ses deux petits garçons de cinq et trois ans sont atteints de fibrose kystique, une maladie génétique affectant les organes internes. La maladie nécessite la prise quotidienne de médicaments et une éventuelle greffe de poumon à long terme. Peu de personnes atteintes de cette maladie passent le cap de la quarantaine.

Après entretien avec les médecins spécialistes de fécondation in vitro du Western General Hospital, le couple Mason a décidé de renoncer à se lancer dans toute procédure de dépistage de la maladie pour leur troisième enfant. "Les gens ont dit que j’étais égoïste et que je prenais un risque avec la vie de mon enfant, a expliqué Nicky. Ce n’est pas par conviction religieuse, mais penser que notre bébé serait dans une éprouvette avant d’être dans mon utérus était quelque chose que je désapprouvais. Cela ne me semblait tout simplement pas naturel. Nos deux fils ont des traitements de physiothérapie quotidiens pour essayer de garder leurs poumons dégagés. Mais ce sont de joyeux petits garçons qui vivent bien leur condition […] Nous nous sommes occupés de deux enfants atteints de fibrose kystique, et si notre troisième enfant a cette maladie, nous nous en occuperons aussi".

Nicky Mason est aujourd’hui enceinte de sept mois. Ni elle ni son mari ne savent si le bébé est indemne ou non de la maladie encourue.

BioEdge (Jared yee) 07/05/10 – The Sun.co.uk (Kate Wighton, Lucy Laing) 22/04/10

Partager cet article

Synthèses de presse

01bis_embryon

Etats-Unis : trois souriceaux nés d’une cellule de peau

Dirigé par Shoukrat Mitalipov, des chercheurs ont fait naitre des souriceaux à partir d'une cellule de peau et d'un ovocyte ...
02_fin_de_vie_soins_palliatifs
/ Fin de vie

Sédation palliative : une nouvelle directive aux Pays-Bas

En juin 2022, la KNMG et l’IKNL ont publié une révision de la directive relative à la sédation palliative ...
Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR
/ Génome

Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR

Une équipe internationale vient de remporter le Big Beat Challenge, pour son projet de thérapie génique visant les maladies cardiaques ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres