Une étonnante activité du cerveau juste après la mort

Publié le : 14 août 2013
Une équipe de chercheurs de l’Université du Michigan, pilotée par Jimo Borjigin, a apporté un nouvel éclairage sur la question des expériences de mort imminente (EMI). Celles-ci seraient vécues par 10 à 20% des patients ayant réchappé à un arrêt cardiaque, qui « se souviennent de cet épisode où leur vie a failli s’arrêter comme d’un moment extraordinaire.« 
 
Cette étude, menée sur des rats de laboratoire, démontre que « durant les quelques secondes qui suivent l’arrêt cardiaque (la mort clinique), le cerveau connaît une activité, plus intense par certains aspects, qu’à l’état de veille. » En effet, durant la trentaine de secondes qui sépare l’arrêt du coeur de l’arrêt du cerveau (mort cérébrale), les chercheurs ont enregistré « un ralentissement de l’activité électrique du cerveau » et en même temps, « une augmentation des fréquences cérébrales bien particulières« . Il s’agit des « oscillations gamma, associées à un haut degré de conscience » également « présentes dans des moments marqués par une acuité et une sensibilité visuelle accrues.« 
 
Pour Steven Laureys, de l’université de Liège, spécialiste reconnu du coma, « l’étude est extrêmement intéressante et la méthode rigoureuse. » « Elle montre bien que l’activité cérébrale après la mort n’est pas chaotique et qu’il y a une parfaite connectivité entre les différentes parties du cerveau.« 
<p> Le Figaro (Yves Miserey) 14/08/2013</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres