Une Britannique renonce à son projet de suicide assisté suite à un traitement efficace

Publié le : 4 septembre 2020

Atteinte de mucoviscidose, Jennie Thornton a toujours été persuadée qu’elle mourrait jeune. Cette maladie génétique dégénérative affecte les poumons et le système digestif. La moitié des personnes qui en souffrent meurent avant 40 ans. Après une vie « sans aucun contrôle sur sa santé », elle décide de contrôler au moins sa mort et annonce publiquement à la télévision en 2013 son intention de se rendre en Suisse pour un suicide assisté dans la clinique de Dignitas.

Entre temps, elle bénéficie d’un traitement test qui se montre remarquablement efficace. Elle qui était en fauteuil roulant avec une capacité respiratoire de seulement 30% en décrit ainsi les effets : « A 16h30, la toux avec laquelle j’ai vécu toute ma vie s’était calmée. En deux semaines, mes fonctions pulmonaires avaient atteint 60 %, j’avais pris 10 livres et je ne me sentais plus essoufflée ni épuisée. En bref, je n’ai plus l’impression de mourir ».

Aujourd’hui, elle a renoncé à son projet funeste, elle a « l’impression de renaitre ». « On m’a rendu ma vie, dit-elle. Je suis euphorique. J’ai commencé à réaliser que je riais tout le temps. Tout au long de ma vie, j’ai supprimé le rire, car il occupait trop de fonctions pulmonaires. Maintenant, je ris tout le temps. Pour la première fois de ma vie, je peux planifier un avenir que je n’aurais jamais espéré avoir ».

Ce traitement, Kaftrio au Royaume-Uni ou Trikafta aux États-Unis, est maintenant autorisé par le NHS, le service de santé britannique.

 

Source : Mirror, Kate Thompson (03/09/20)

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres