Un médecin kazakh arrêté pour « prélèvement illégal d’organes humains »

Publié le : 21 novembre 2019

Au Kazakhstan, « Abylaï Donbaï, médecin dans un hôpital public de Chymkent (sud), a été arrêté lundi pour sa « participation à un groupe criminel international de prélèvement illégal d’organes humains » », a indiqué le ministère kazakh de l’Intérieur dans un communiqué. « Parmi les donneurs figuraient des citoyens ukrainiens, des kirghiz et des tadjiks « forcés de vendre leur rein en raison d’une situation financière difficile » ». « Les destinataires étaient des citoyens riches de pays étrangers, essentiellement d’Israël ». Le communiqué ajoute que le médecin avait reçu des « « rémunérations très importantes » pour ces greffes effectuées dans l’hôpital de Chymkent ».

 

Deux personnes dont un médecin de l’hôpital ont déjà été arrêtées pour la même affaire.

 

Au Kazakhstan, « la vente et l’achat d’organes humains sont interdits ». En Israël, si une loi a été votée en 2008 sur le don d’organes, le pays est historiquement « confronté à une pénurie de donneurs d’organes, notamment en raison des réticences des milieux juifs ultra-orthodoxes. Selon le Centre national de transplantation israélien, 592 greffes au total ont été effectuées en 2018 dans le pays ». Au 1er janvier 2019, « 1 123 Israéliens étaient dans l’attente d’une greffe ».

 

Pour aller plus loin :

Une greffe d’organe illégale déjouée en Espagne

En Roumanie, le trafic d’organes en nette augmentation

Kosovo : découverte d’un trafic d’organes

 

 

<p>AFP (20/11/2019)</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres