Un cerveau in vitro pour tester molécules et futurs médicaments

Publié le : 19 avril 2013

Inspirés de la technologie des cellules iPS (Induced Pluripotent Stem Cell) découvertes par le Pr Yamanaka, prix Nobel de médecine 2012 (Cf Synthèse de presse Gènéthique du 08/10/2012), des chercheurs de l’université de Genève ont monté une start-up afin de créer des ‘micro-cerveau’ en fabricant des cellules du cerveau qui, peu à peu, créent du tissu neural.

 

De la taille d’un confetti, ce micro tissu humain serait capable « de mimer les caractéristiques de notre cerveau« . Pour prouver cette capacité, les chercheurs ont réalisé divers test, dont « une des étapes consiste notamment à s’assurer de l’activité électrique du tissus« .

 

A même de vivre plusieurs mois, ce « modèle humain in vitro devrait permettre à terme d’analyser l’effet de milliers de molécules toxiques sur notre système nerveux central » ou encore de permettre de travailler avec l’industrie pharmaceutique. En effet « des candidats médicaments destinés à lutter contre des maladies du système nerveux central pourraient […] être testés sur le micro tissu » afin de déterminer leur efficacité. 

 

Mathurin Baquié, directeur de la Start-up Neurix, explique: « Nous proposons un système basé sur un modèle in vitro humain qui permet, dès les premières années de développement de disposer d’un test qui permet d’avoir des informations sur une toxicité ou une efficacité de médicaments« . Ainsi, précise l’article, ce système de recherche « réduirait considérablement la phase pré-clinique nécessaire avant la mise sur le marché d’une nouvelle molécule« . 

Dans les prochaines années, les scientifiques « espèrent amener ce micro tissus à un stade plus mature et peut-être tester des molécules destinées à lutter contre les maladies d’Alzheimer ou de Parkison« . 

<p>Allodocteur.fr (Morgane Belloir) 17/04/2013</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres