Un bébé ou un travail ? Les femmes sous pression

Publié le 16 Nov, 2021

Alors que l’avortement est souvent proclamé comme un « droit », les témoignages de femmes contraintes à l’avortement se multiplient.

En Australie, une étude menée par l’université de Monash a révélé que « les pertes d’emploi et la pression de l’enseignement à domicile » en raison de la pandémie de Covid-19 ont multiplié par quatre le nombre d’appels de femmes se renseignant pour avorter[1]. Les appels de femmes enceintes de plus de 18 semaines ont triplé entre mars et juillet 2020. « L’insécurité financière » était mentionnée par 2,5 fois plus de femmes comme raison de leur appel.

Pour le professeur Danielle Mazza, titulaire de la chaire de médecine générale à l’université Monash, cette recrudescence d’appels montre « l’extrême pression » subies par certaines femmes au début de la pandémie.

Une pression pas seulement en temps de pandémie

La pression qui repose sur les femmes ne date pas de la crise sanitaire. Karen Arikpo est officier de police depuis 24 ans aux Etats-Unis. Elle raconte qu’en 1997, alors qu’elle était en formation à l’académie de police, son sergent lui a lancé un ultimatum : « avorter ou perdre son emploi »[2]. Il l’a envoyée chez un médecin de Washington pour qu’elle subisse l’intervention.

Depuis les regrets ne la quittent pas. Karen a essayé d’avoir un bébé pendant des années. Sans y parvenir.

L’avortement un facteur d’égalité ?

Comme le souligne l’organisation New Wave Feminists dans un mémoire amicus qui apporte sa contribution au débat qui fait rage aux Etats-Unis, « il n’y a pas de relation causale entre la disponibilité de l’avortement et la capacité des femmes à agir dans la société »[3]. Au contraire. Car la dépénalisation de l’avortement « sape les efforts visant à adopter et mettre en œuvre des politiques nécessaires pour que les femmes enceintes et les mères participent à la société sur un pied d’égalité avec les hommes ».

Ne pas avorter est-il encore un droit ?

 

Cet article de la rédaction Gènéthique a été initialement publié sur Aleteia sous le titre : Un bébé ou un travail ? Les femmes sous pression

 

[1] Sydney Morning Herald, Home schooling, job loss, pandemic fear drove quadrupling of abortion calls, Wendy Tuohy (21/10/2021)

[2] Fox News, DC police officers say they were told to have abortions to keep job, Emmett Jones (24/10/2021)

[3] Gènéthique, L’avortement, facteur d’égalité ? Faux, répondent 240 femmes universitaires (18/10/2021)

Partager cet article

Synthèses de presse

Marché de la PMA : Chypre affiche ses ambitions
/ PMA-GPA

Marché de la PMA : Chypre affiche ses ambitions

Chypre entend devenir une destination privilégiée du "tourisme médical" en matière de PMA. Choisir le sexe de son bébé y ...
Allemagne : le Conseil d'éthique entre prévention du suicide et "autodétermination"
/ Fin de vie

Allemagne : le Conseil d’éthique entre prévention du suicide et “autodétermination”

Le comité d'éthique souhaite créer une « prise de conscience », préciser « les contours préalables aux décisions de suicide ...
cese
/ Fin de vie

Convention citoyenne sur la fin de vie : le CESE se dote d’un “comité de gouvernance”

La SFAP propose aux participants à la convention une "immersion d’un ou deux jours dans une structure de soins palliatifs" ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres