Turquie : La réouverture du débat sur l’avortement

Publié le 29 Mai, 2012

Après le débat lancé vendredi 25 mai 2012 par les propos du premier ministre turc au sujet de l’avortement (Cf. Synthèse de presse Gènéthique du 29 mai 2012), le gouvernement envisage de “présenter un projet de loi au Parlement réduisant la période de grossesse pendant laquelle l’avortement est autorisé. […] Le ministre de la Santé est en train de préparer un rapport qui doit limiter de 10 à 4 ou 6 semaines la durée autorisée pour une interruption volontaire de grossesse.
La possible remise en cause de certaines modalités de la loi en vigueur depuis 1983 permettant aux femmes d’avoir recours à un avortement durant les dix premières semaines de grossesse, soulève l’indignation des associations féministes. Mais M. Erdogan, premier ministre, dénonce l’utilisation de l’avortement “comme une méthode de contraception”, dans un pays où le taux de fécondité est en chute importante.
En outre, Recep Tayyip Erdogan a sévèrement critiqué le recours abusif aux césariennes en Turquie, qui seraient pratiquées “sans raisons médicales, au nom de la rémunération mais aussi du confort des médecins.
 

Le Monde (Guillaume Perrier) 30/05/12 – La Croix (Delphine Nerbollier) 30/05/12 – lefigaro.fr 30/05/12

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

Transhumanisme : Synchron intègre l’intelligence artificielle dans son interface cerveau-ordinateur
/ Transhumanisme

Transhumanisme : Synchron intègre l’intelligence artificielle dans son interface cerveau-ordinateur

Un Américain handicapé a commencé à utiliser une fonction d’intelligence artificielle pour l’aider à communiquer à une vitesse « conversationnelle » ...
Le dossier médical partagé devant le Conseil constitutionnel
/ E-santé

Le dossier médical partagé devant le Conseil constitutionnel

Après sa saisine par l'ordre des médecins, le Conseil d'Etat a soumis une QPC sur les modalités d'accès au dossier ...
Suicide assisté : les juges italiens doivent statuer « au cas par cas »
/ Fin de vie

Suicide assisté : les juges italiens doivent statuer « au cas par cas »

Selon la Cour constitutionnelle italienne, en l’absence de législation sur le suicide assisté, les juges devront se prononcer « au ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres