« Tu vois ce qui clignote sur l’écran ? C’est le cœur de ton bébé qui bat. Maintenant soit tu le gardes soit… »

Publié le : 29 mars 2017

Laetitia n’a que 18 ans quand elle apprend par hasard qu’elle est enceinte. Le gynécologue qui lui fait passer une échographie en urgence lui indique simplement : « Tu vois ce qui clignote sur l’écran ? C’est le cœur de ton bébé qui bat. Maintenant soit tu le gardes soit tu le tues ».

 

Elle appréhende la réaction de ses proches. Sa mère reste calme : « Elle m’a tout simplement dit que quel que soit mon choix, elle serait là pour me soutenir ». Son père, furieux, lui demande de se renseigner pour avorter, le père du bébé s’enfuit. Laetitia choisit de le garder.

 

Au lycée, elle est harcelée moralement. Elle reçoit continuellement des coups de téléphone : on se moque d’elle, on l’incite à avorter, on lui explique qu’elle sera une mauvais mère. Les professeurs y vont aussi de leur couplet, ils lui répètent qu’elle n’obtiendra pas son BEP.

 

La grossesse est difficile, Laetitia est souvent au service maternité, mais elle réussit son examen haut la main et reçoit fièrement son diplôme, son fils Kyllian dans les bras.

 

Après, elle dit « je n’ai jamais laissé tomber » et se bat pour dépasser les obstacles avec détermination. Elle travaille ses cours « à pas d’heure » et obtient un Bac pro, puis un BTS dans le commerce. « Pour être honnête avec vous, il y a eu des fins de mois difficiles, mais Kyllian n’a jamais manqué de rien, que ce soit d’amour, de jouets, de vêtements propres… Il y a aussi eu des moments où j’ai pu en avoir marre d’avoir à élever un enfant toute seule, de ne pas être une jeune femme de 18 ans comme les autres. Mais ces coups durs étaient vite balayés dès que j’avais un câlin de mon fils ou quand il me sourit en me disant : ‘Je t’aime maman d’amour de mon cœur que j’aime plus fort que l’univers’. Je souris encore en repensant à cette phrase. Comment résister à cette petite crapule ? Impossible, je craque inévitablement ».

<p>Neuf mois, Ophélie Manya (25/03/2017)</p> <p><a href="http://www.neufmois.fr/la-communaute/jai-vecu-grossesse-a-18-ans">J’ai vécu ma première grossesse à tout juste 18 ans</a></p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres