Trisomie 21 et Alzheimer : la revanche ?

Publié le : 4 décembre 2020

Le docteur Laurent Meijer et son équipe travaillent depuis quinze ans à « développer un médicament pour corriger les troubles cognitifs associés à la trisomie 21 et améliorer la courbe d’apprentissage des patients ». Ces recherches soutenues par la Fondation Jérôme Lejeune « ont aussi un intérêt majeur pour lutter contre la maladie d’Alzheimer ». Sans avoir « la prétention de guérir les patients », le docteur Laurent Meijer déclare : « J’aime bien l’idée que finalement ceux que la société considère comme les plus faibles, les trisomiques en raison de leur patrimoine génétique, vont pouvoir aider toute la population. C’est une revanche assez sympathique ».

Plus précisément, le médicament en développement est basé sur la protéine kinase DYRK1A, un « régulateur intra-cellulaire essentiel ». Une activité trop élevée de cette protéine « participe aux déficits cognitifs associés à la trisomie 21, mais aussi à la maladie d’Alzheimer[1] », dont souffrent parfois plus précocement les personnes porteuses de trisomie 21. Les chercheurs en sont aujourd’hui à une « étape décisive » : le développement d’un candidat médicament pour contrer cette suractivité de la kinase DYRK1A, soit la phase préclinique, qui représente un coût de 2 millions d’euros.

[1] Cette kinase est aussi impliquée dans le développement du diabète et de certains cancers.

Source : Aleteia, Agnès Pinard-Legry (3/12/2020)

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres