Trafic d’embryons par le Planning Familial américain : 5 nouveaux chefs d’accusation portés contre les journalistes rejetés

Publié le : 9 décembre 2019

La Juridiction d’Appel de Californie, rejette 5 chefs d’accusation portés contre les journalistes David Daleiden et Sandra Merritt dans l’affaire qui les oppose au Planned Parenthood.

 

En 2015, les deux journalistes avaient publié des vidéos, tournées en caméra cachée, révélant les activités de trafics d’organes fœtaux de l’organisation Planned Parenthood. En première instance, le juge William Orrick et un jury fédéral californien les avait condamnés à verser 2,3 millions de dollars à l’organisation pour atteinte à la vie privée (cf. Ventes illégales de fœtus : le Planned Parenthood indemnisé à hauteur de 2,3 millions de dollars ). Des soupçons de partialité avaient été évoqués à propos du  juge Orrick, celui-ci ayant aidé le planning familial à ouvrir une clinique à San Francisco. En vain.

 

En appel, le 6 décembre, sur 14 chefs d’accusation portés contre les journalistes cinq ont été rejetés. L’une d’entre elle ayant précédemment été rejetée, ce sont donc six accusations qui ont été déboutées. Au cours du procès qui commence, les journalistes inculpés comptent bien poursuivre leur défense, ne serait-ce qu’au regard de la liberté de la presse. Leur avocat précise qu’ils ont « adopté les pratiques communément admises dans le journalisme d’investigation, et notamment l’enregistrement de vidéos dans des lieux publics », avant d’ajouter : « La défense du Planned Parenthood s’effondre à mesure que les faits concernant le trafic d’organes criminel sont révélés dans la salle d’audience ».

 

Pour aller plus loin :

Etats-Unis : Le Sénat américain confirme le rôle clé du Planning familial dans le trafic d’organes de fœtus

Vidéos du Planning familial : les charges contre les journalistes ont toutes été abandonnées

Vidéos du Planning familial : Un premier chef d’accusation abandonné contre les deux journalistes

<p><span style="margin: 0px;font-size: 12pt">The Epoch time, Petr Svab (08/12/2019)</span></p> <p> </p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres