Trafic de reins en Afrique du Sud

Publié le : 23 septembre 2010

Richard Friedland, le directeur de Netcare, le plus grand groupe hospitalier privé sud-africain, a été inculpé pour avoir fermé les yeux sur des transplantations illégales de reins à l’hôpital Saint Augustines de Durban. Cinq médecins, deux membres du personnel et un traducteur israëlien ont également été inculpés le 15 septembre 2010. La cheville ouvrière de ce trafic  était l’ancienne responsable des transplantations d’organes de Netcare, Belinda Rossi, aidée de l’Israëlien Ilan Perry.

Entre 2001 et 2002, l’équipe de l’hôpital aurait prélevé 109 reins, transplantés ensuite sur des patients israëliens prêts à payer jusqu’à 120 000 dollars (90 000 euros). Les pourvoyeurs de reins ont d’abord été des Israëliens, qui vendaient leurs organes pour 15 000 euros, puis des Roumains et des Brésiliens pauvres qui ont cédé leurs reins "au rabais". C’est un Brésilien de la région de Recife qui a dévoilé l’affaire en 2003 : il avait révélé avoir vendu son rein pour 9 700 euros. Après la transplantation, les documents étaient falsifiés pour faire croire qu’il s’agissait d’un don entre membres d’une même famille ainsi que l’exige la loi en Afrique du Sud.

Le groupe médical Netcare aurait récolté 3 millions de dollars (2,2 millions d’euros) grâce à ce trafic. L’Afrique du Sud est un des pays les plus surveillés par l’Organisation mondiale de la Santé pour son "

tourisme de la transplantation"

.

Libération (Valérie Hirsch) 23/09/10

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres