Thaïlande : arrestations dans le cadre du démantèlement d’un réseau de GPA

Publié le : 13 février 2020

Cinq femmes thaïlandaises, « payées pour être des mères porteuses illégales », ainsi qu’un homme chinois ont été appréhendés dans une maison de Bangkok lors d’une série de raids de la police ce jeudi. 10 locaux étaient visés. Selon les déclarations de la police, neuf personnes au total ont été arrêtées sur mandat judiciaire : sept thaïlandais et un couple chinois. Un 10e suspect est toujours en fuite.

 

Ces raids font suite à une enquête policière portant sur des ressortissants chinois qui ont embauché des femmes thaïlandaises pour être mères porteuses, ce qui est illégal en Thaïlande. La police suit la trace de ce réseau commercial de mères porteuses en activité depuis 2012. Les femmes étaient payées entre 400.000 et 600.000 bahts (soit de 11.000 à 18.000 euros). Et pouvaient toucher « un bonus » pour une naissance gémellaire.

 

Depuis l’interdiction de la pratique de gestation pour autrui en Thaïlande en 2015, elles étaient inséminées dans un pays voisin, retournaient en Thaïlande, puis étaient transférées en Chine pour accoucher. Plus de 100 femmes à travers la Thaïlande ont été « embauchées » à cette fin. Et plus de 50 bébés nés de mère porteuse sont sortis du pays.

 

Pour aller plus loin :

En Asie du Sud-Est, une véritable chaîne industrielle de reproduction se développe pour les couples chinois

Arnaque à la GPA dans le Maryland

Des agences de GPA asiatiques déménagent au Kenya

GPA au Cambodge : 15 nouvelles arrestations à Phnom Penh

<p>Bangkok Post, Wassayos NgamKham (13/02/2020)</p> <p> </p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres