Tests de paternité : la bonne affaire financière

Publié le 6 Fév, 2020

AlphaBiolabs, un laboratoire de Westbrook en Angleterre, exporte des tests prénatals de paternité non invasifs dans 16 pays, sur six continents.

 

AlphaBiolabs est le premier laboratoire en Europe à offrir ce service et il a vu ses ventes à l’étranger augmenter considérablement après le lancement du produit au printemps dernier.

 

Ce test permet de déterminer la paternité dès cinq semaines après la conception. L’ADN des adultes est obtenu à partir d’un échantillon de sang de la mère et d’un prélèvement buccal de l’homme. L’ADN du bébé à naître est obtenu à partir du sang de la mère. Les échantillons sont analysés à l’aide d’une technologie de séquençage permettant de déterminer si le bébé à naître partage l’ADN de l’homme. Si l’homme est le père biologique de l’enfant, ils partageront des sections identiques d’ADN à chaque marqueur. Lorsque l’homme testé n’est pas le père biologique, il y aura des différences entre son ADN et celui du bébé à naître.

 

Une bonne affaire financière pour le directeur général du laboratoire, David Thomas : « Cette expansion, en particulier au-delà de l’Europe, nous donne la certitude qu’en dépit de l’incertitude plus large concernant le Brexit, nous continuerons à prospérer sur de nouveaux marchés en poursuivant l’innovation de notre gamme de services dans les mois et les années à venir ».

Warrington Guardian, Isobel Cotogni (05/02/2020)

Partager cet article

Synthèses de presse

Belgique : une victime des attentats euthanasiée à 23 ans
/ Fin de vie

Belgique : une victime des attentats euthanasiée à 23 ans

Shanti De Corte, une jeune flamande de 23 ans, a été euthanasiée pour « souffrance psychiatrique irrévocable ». Une enquête a ...
« Derniers secours » : première formation sur la fin de vie en France
/ Fin de vie

« Derniers secours » : première formation sur la fin de vie en France

Les formations « derniers secours » viennent d’être lancées en France par la SFAP. Elles existaient déjà dans une vingtaine d’autres ...
Canada : des « adaptations » possibles pour les détenus transgenres
/ Genre

Canada : des « adaptations » possibles pour les détenus transgenres

Les détenus purgeant une peine fédérale au Canada peuvent désormais être incarcérés dans la prison correspondant à "l’identité de genre" ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres