Sylviane Agacinski : « La parenté n’est plus déterminée par des relations interpersonnelles, mais par la volonté »

Publié le 25 Juin, 2019

Invitée de France Inter, Sylviane Agacinski a alerté sur le « marché du corps humain » qui s’installe progressivement. Elle observe une évolution des discours, notamment celui de Jean-Louis Touraine, député LREM, qui adoptent « le vocabulaire et la logique des instituts biologiques de reproduction humaine américains » et font que « l’enfant n’est plus conçu comme un être engendré, mais comme un être fabriqué ». « La parenté n’est plus déterminée par des relations interpersonnelles, mais par la volonté », poursuit-elle. La volonté met désormais fin au « rapport personnel et charnel à l’enfant ». Elle déclare s’engager pour « défier des discours fantasques » relayés par les medias, niant « la réalité même de la différenciation sexuelle », comme dans la théorie Queer par exemple. Elle déplore un « débat impossible » sur ces sujets, comme celui de la gestation pour autrui (GPA) qui pourtant implique l’ « achat de l’enfant, de la filiation maternelle de l’enfant », et est « tout à fait incompatible avec les droits de l’enfant ». Si elle affirme n’être pas opposée à la procréation médicalement assistée (PMA) pour résoudre une infertilité, elle reconnaît que, pour les enfants nés de « sperme inconnu, il y a un problème ». « L’enfant est une personne. On a des droits à quelque chose, on ne peut pas avoir des droits à quelqu’un », souligne-t-elle. « Il faut réfléchir à ce qui se passera pour ces enfants à l’adolescence. (…) Ils vont demander des comptes, il y a une inégalité là-dedans ».

 

Jean-Louis Bourlanges, député des Hauts de Seine, a lui aussi déclaré être « réservé » quant à la PMA pour toutes, considérant « que la sexuation de la famille est un élément absolument central ».

France Inter (24/06/2019) 

  • PMA pour toutes : “On a des droits à quelque chose, pas à quelqu’un”, s’indigne la philosophe Sylviane Agacinski
  • @JLBourlanges “inquiet” sur la PMA : “Je considère que la ‘sexuation’ de la famille est absolument central. Qu’il y ait un homme et une femme,  c’est important. Même s’il peut y avoir des couples homosexuels, des célibataires qui élèvent parfaitement les enfants”

 

 

Partager cet article

Synthèses de presse

01bis_don_organes
/ Don d'organes

Greffes d’utérus : les expérimentations se multiplient

Alors qu'un essai clinique est en cours au Texas, en Inde, l'IKDRC d’Ahmedabad, a réalisé les premières greffes d’utérus ...
contrat
/ PMA-GPA

Banques de gamètes : la France aussi est un marché

Cryos s’affiche comme "la plus grande banque de sperme du monde". La France est son 5e marché, après la Hollande, ...
Arizona : un homme poursuit une clinique au nom de l’embryon avorté par sa femme
/ IVG-IMG

Arizona : un homme poursuit une clinique au nom de l’embryon avorté par sa femme

Un homme poursuit une clinique pour l’avortement pratiqué sur sa femme, estimant que son "consentement éclairé" n’a pas été recueilli ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres