Sur les cellules souches adultes et embryonnaires

Publié le : 24 décembre 2004

Jean-Michel Bader du Figaro revient sur l’Euroconférence consacrée aux cellules souches les 9 et 10 décembre derniers à l’Institut Pasteur (cf. revue de presse du 17/12/04).

Il reprend les principales interventions : Peter Andrews (université de Sheffield, Royaume-Uni) sur les difficultés de cultiver des cellules souches embryonnaires (CSE),  Adam Smith (Institute for Stem Cell Research, Edimbourg) sur la transdifférenciation de CSE en cellules neurales, Ali Brivanlou (Rockefeller University, New York) sur la difficulté de comprendre les mécanismes de la pluripotence, Outti Hovatta (Karolinska Institute, Stockholm) sur le problème de l’utilisation de produits animaux pour conserver les lignées de CSE…

Du sérum de veau foetal ou des fibroblastes de souris sont utilisés pour maintenir vivantes les lignées de cellules souches embryonnaires humaines. La directive européenne d’octobre 2003 interdit de transplanter chez l’homme des cellules ainsi conservées pour éviter les risques d’infections animales et de réactions immunitaires inter espèces.

Jean-Michel Bader revient sur les travaux de Catherine Verfaillie (Stem Cell Institute, Minneapolis) démontrant l’existence de cellules souches adultes multipotentes (MAPC) dans la moelle osseuse et autres tissus. Ces travaux ont été publiés en juin 2002 dans Nature. Depuis, d’autres équipes (belge, japonaise, américaine et espagnole) sont parvenues aux mêmes résultats.

NDLR : Précisons que le journaliste J.M Bader, ne se fait pas ici l’écho des autres communications sur les cellules souches adultes lors de ces journées, notamment celles évoquant les possibilités de thérapie par cellules souches adultes.

Le Figaro 24/12/04

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres