Sur les banques privées de sang de cordon

Publié le : 25 juin 2003

Les cellules du sang de cordon ombilical ne sont pas encore différenciées et sont donc capables de se transformer en n’importe quel type cellulaire. C’est pourquoi, depuis quelques temps déjà, se pose la question des banques de sang de cordon.

 

Des compagnies privées se sont déjà lancées sur ce marché. La revue Far Eastern Economic Review (FEER) rapporte que « selon une étude de consultants médicaux suisses, le chiffre d’affaires global des banques de sang de cordon ombilical s’élevait à 100 millions de dollars en 2001 et devrait atteindre 500 millions en 2005« .

 

D’abord développées en Europe et aux Etats-Unis, deux banques privées ont été récemment ouvertes en Asie. Ainsi la société Cordlife, créée en 2001 et basée à Singapour, « reçoit 50 à 80 clients par mois essentiellement des professions libérales et compte atteindre le chiffre de 300« . Elle facture le dépôt 1440 dollars, plus 144 dollars par année de stockage.

 

L‘Académie des pédiatres américains explique que « les familles sont vulnérables au « marketing émotionnel » au moment de la naissance de leur enfant. En fait, l’usage futur des cellules souches seraient variable, de 1 cas sur 1 000 à 1 cas sur 200 000« .

<p>Courrier International 24/06/03</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres