Suisse : un patient autorisé à mettre fin à ses jours à l’hôpital

Publié le 10 Juil, 2017

En Suisse francophone, chaque année, un peu plus de 200 personnes demandent l’aide de l’association Exit pour se donner la mort. Exit fournit les produits létaux tandis que les personnes se donnent la mort chez elles.

 

Cependant, un homme de 78 ans, atteint d’une maladie incurable, a été autorisé à mettre fin à ses jours dans sa chambre aux hôpitaux universitaires de Genève (HUG) à condition « qu’aucun soignant ou médecin des HUG n’intervienne directement dans la réalisation du geste ». Les HUG précisent sur leur site que cette aide « ne fait pas partie des devoirs du médecin ni des soins infirmiers. Ce n’est donc pas une option thérapeutique qui pourrait être présentée au patient par le soignant ».

 

Aucun médecin n’a assisté le suicide de cet homme, « c’est l’association qui a fourni la solution létale, mais c’est le patient qui a exécuté l’acte létal, comme le veulent la procédure d’Exit et la loi », précise la Tribune de Genève. 

Le Point (09/07/2017)

Partager cet article

Synthèses de presse

Fin de vie : une convention mais deux associations
/ Fin de vie

Fin de vie : une convention mais deux associations

A la suite de la convention citoyenne, les participants ont souhaité continuer à exister dans le débat. Deux associations ont ...
Femme homme
/ Génome

Le chromosome X inactif responsable de la prévalence des maladies auto-immunes chez la femme ?

Les maladies auto-immunes sont 4 fois plus fréquentes chez les femmes. Des chercheurs affirment que cela pourrait être dû à ...
« Dans ce débat, les médecins n’ont pas une opinion mais une compétence »
/ Fin de vie

« Dans ce débat, les médecins n’ont pas une opinion mais une compétence »

Alors que le projet de loi sur la fin de vie devrait être présenté d’ici quelques jours, les soignants déplorent ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres