Suisse: La fécondation in vitro en léger recul

Publié le : 28 avril 2014

Depuis 1978, plus de cinq millions d’enfants sont nés par fécondation in vitro (FIV). En Suisse, c’est plus de 1600 enfants chaque année, soit près de deux naissances sur cent; un chiffre qui est aujourd’hui en léger recul après des années de forte augmentation. 

Plusieurs éléments sont invoqués pour expliquer ce léger changement. Tout d’abord, les risques cardiovasculaires des enfants issus de FIV seraient plus élevés que ceux des enfants nés naturellement, selon une étude menée en 2012 par le professeur Urs Scherrer de l’Hôpital de l’IIe, à Berne, en collaboration avec le Centre Hospitalier Universitaire Vaudois (CHUV). De même, le risque de développer un diabète serait supérieur. En cause? « Le milieu de culture dans lequel sont placés les embryons […] causerait des anomalies dans le développement des vaisseaux« . Tout en mentionnant qu’il s’agit d’une étude préliminaire réalisée sur très peu d’enfants, le Dr Dorothea Wunder, médecin-chef de l’unité de reproduction et endocrinologie gynécologique du CHUV, tient à préciser que cette étude montre « que l’on doit rester prudent et ne recourir à la [FIV] que lorsque c’est strictement nécessaire« . 
Autres facteurs explicatifs importants, « l’assouplissement des lois dans certains pays, dont les ressortissants venaient suivre leur traitement [en Suisse] » explique le Dr Wunder, ainsi que des « considérations d’ordre économiques« . Un cycle de FIV coûtant entre 5000 et 9000 francs suisses, c’est un montant élevé non remboursé par les assurances. 
Les couples craignent également les grossesses multiples, qui donnent lieu à complications et à des accouchements prématurés. Selon l’Office fédéral de la statistique, le risque de grossesse multiple est multiplié par dix avec une FIV. 
 

<p> Lematin.ch (Marie-Christine Petit-Pierre) 27/04/2014 </p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres