Soupçonné d’euthanasies, un médecin est mis en examen pour « assassinats »

Publié le 11 Mar, 2021

En Haute-Savoie, un médecin de 64 ans a été mis en examen en décembre pour « assassinats ». Il est suspecté d’avoir euthanasié « plusieurs patients âgés de 85 à 90 ans ». Depuis 2019, le médecin était en charge de la nouvelle unité de soins palliatifs de la clinique des Deux Lys, un établissement du situé à Thyez, au nord-est d’Annecy. C’est la clinique qui a donné l’alerte, suite à une mortalité anormalement élevée, 26 décès en 2019. Après une enquête interne par la commission médicale de l’établissement, une information judiciaire a été confiée à la gendarmerie de Chambéry. Un signalement a été effectué auprès du Conseil départemental de l’ordre des médecins. Le sexagénaire a d’abord été placé en détention provisoire, puis remis en liberté après avoir fait appel et placé sous contrôle judiciaire.

L’instruction en cours doit tenter de « déterminer si le docteur D. doit être renvoyé devant les assises ou une autre juridiction »explique Véronique Denizot, procureur de la République d’Annecy. « Il reste à savoir si ses actes relèvent du pénal ou si la défense peut argumenter d’actes médicaux qui ne reçoivent pas la qualification d’assassinat ».

La clinique n’est pas mise en cause. Elle va se constituer partie civile. Le médecin a déjà un antécédent judiciaire. En 2017, il a été condamné « à 18 mois de prison avec sursis et deux ans d’interdiction d’exercice médical » pour avoir « agressé sexuellement l’une de ses patientes » lorsqu’il exerçait à Romans-sur-Isère, dans la Drôme.

Source : Le Figaro (11/03/2021) – Photo : Pixabay\DR

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

Transhumanisme : Synchron intègre l’intelligence artificielle dans son interface cerveau-ordinateur
/ Transhumanisme

Transhumanisme : Synchron intègre l’intelligence artificielle dans son interface cerveau-ordinateur

Un Américain handicapé a commencé à utiliser une fonction d’intelligence artificielle pour l’aider à communiquer à une vitesse « conversationnelle » ...
Le dossier médical partagé devant le Conseil constitutionnel
/ E-santé

Le dossier médical partagé devant le Conseil constitutionnel

Après sa saisine par l'ordre des médecins, le Conseil d'Etat a soumis une QPC sur les modalités d'accès au dossier ...
Suicide assisté : les juges italiens doivent statuer « au cas par cas »
/ Fin de vie

Suicide assisté : les juges italiens doivent statuer « au cas par cas »

Selon la Cour constitutionnelle italienne, en l’absence de législation sur le suicide assisté, les juges devront se prononcer « au ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres